/finance/business
Navigation

Bombardier annonce la vente prochaine de 50 avions Q400

L’avionneur a causé la surprise en signant une entente avec une compagnie indienne

Bombardier annonce la vente prochaine de 50 avions Q400
Photo courtoisie Bombardier

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Alors que chez les observateurs de Bombardier, tous les yeux étaient rivés sur le C Series, l’avionneur québécois a causé la surprise en annonçant, hier, la signature d’une entente devant mener à la vente de 50 avions Q400 à l’une des plus importantes compagnies aériennes de l’Inde.

D’ici 30 jours, le transporteur à prix modique SpiceJet s’attend à entériner cet accord, négocié au cours des derniers jours au Salon international de l’aéronautique et de l’espace, à Paris.

La lettre d’intention prévoit l’achat de 25 avions Q400 turbopropulsés et des droits d’achat pour 25 appareils de plus. La livraison doit commencer dès le début de l’an prochain.

La transaction est évaluée à 1,7 milliard $, selon le prix officiel de cet avion. La valeur réelle de l’achat est toutefois inférieure.

«Cette entente est une preuve de plus de la supériorité du Q400 dans le marché des avions biturbopropulsés», a souligné sur un ton triomphant Fred Cromer, le président de Bombardier Avions commerciaux, à Paris.

«Voilà aussi des preuves convaincantes que la demande pour de tels avions est forte dans les marchés court-courrier et moyen-courrier, qui ne peuvent pas soutenir de façon économique les avions à réaction, qui sont plus coûteux à exploiter.»

Des avions très populaires

Très populaires auprès des compagnies aériennes canadiennes, ces avions sont notamment utilisés par Air Canada, WestJet et Porter, selon Bombardier.

L’appareil lui-même est assemblé en Ontario, mais plusieurs de ses pièces, dont le moteur, sont fabriquées au Québec.

L’avenir du Q400 semble donc assuré, alors que l’incertitude planait encore, il y a quelques jours, sur le bolide. Il ne restait plus que 24 avions à produire, selon le carnet de commandes de l’entreprise.

La production aurait pu s’arrêter dans moins de 12 mois, dans les circonstances. Les 50 commandes possibles de SpiceJet et les 7 autres confirmées hier par Philippines Airlines viennent changer la donne.

Bellemare ravi

«C’est la plus grosse annonce qu’on a jamais eue pour le Q Series», s’est félicité Alain Bellemare, le président et chef de la direction de Bombardier, qui avait jusqu’à présent refusé d’accorder des entrevues aux médias dans le cadre du Salon du Bourget, préférant se concentrer sur des rencontres avec des acheteurs potentiels du C Series.

SpiceJet s’est procuré la version à 86 sièges du Q400, un ajout récent dans la gamme de produits de Bombardier. Il s’agit du plus grand avion à turbopropulsion offert sur le marché.

SpiceJet exploite présentement vingt aéronefs Q400, et le marché de l’Asie-Pacifique compte plus de 165 avions Q Series de Bombardier actuellement en service, auprès de 25 différents exploitants.