/misc
Navigation

Tout un cadeau de René Richard Cyr

Demain matin, Montréal m'attend
Photo courtoisie, Yves Renaud

Coup d'oeil sur cet article

Pour paraphraser un concept de téléréalité bien connu, la nouvelle mouture de Demain matin, Montréal m’attend concoctée par René Richard Cyr montre hors de tout doute que «le Québec a un incroyable talent»! Comme des centaines d’autres qui ont vu la comédie musicale de Michel Tremblay, j’ai quitté le Théâtre du Nouveau Monde sur un nuage, des images plein la tête et fredonnant les airs de François Dompierre.

Le 28 août 1968, le Rideau Vert a présenté Les belles-sœurs de Michel Tremblay, sa première pièce montée par un théâtre professionnel. Très rapidement, le théâtre de Tremblay est devenu la coqueluche de ceux qui se sont laissé emporter par le vent de rébellion qui soufflait depuis mai de cette année-là.

Mon ami Marcel Dubé, qui avait après Un simple soldat remplacé Gratien Gélinas comme chef de file du théâtre québécois, dénonça aussitôt le parler des personnages de Tremblay. Il y avait chez Marcel une certaine jalousie, mais il y avait surtout la profonde conviction que les Québécois devaient cesser de croire qu’ils étaient nés «pour un petit pain».

UN SYMBOLE D’AFFIRMATION

Pour Dubé comme pour André Laurendeau, le frère Untel et plus tard pour mon confrère Georges Dor (encore aujourd’hui pour mon collègue Gilles Proulx), le joual nous rabaisse. Ces personnalités n’ont pas vu qu’avec des spectacles comme Les belles-sœurs et L’osstidcho, le joual était en train de devenir un symbole d’affirmation nationale.

C’est naturellement, et probablement sans intention politique, que Tremblay a fait parler ses personnages comme s’exprimaient ses proches et le monde qui les entourait. Aujourd’hui, plus personne ne s’offusque d’entendre sur scène, au cinéma ou à la télévision, le français populaire du Québec. Ce parler étant enfin assumé, le théâtre de Tremblay prend désormais une autre couleur.

Maintenant, c’est l’humanité de l’auteur qui ressort, comme transpire également son affection pour sa famille et les petites gens. C’est aussi un regard attendri, mais lucide qu’il porte sur les homosexuels, les travestis et tous ceux que leur état ou leur condition obligent à vivre entre parenthèses ou en marge de la société.

LE TNM, PUIS UNE TOURNÉE

Depuis André Brassard, personne n’a mieux compris le monde de Tremblay que René Richard Cyr. Personne n’a mieux que lui réussi à nous le faire aimer. Sa direction de Demain matin, Montréal m’attend transcende tout ce qu’il a mis en scène jusqu’ici. La comédie musicale que présente Spectra Musique du 13 au 25 juin dans le cadre des Francofolies ouvrira la nouvelle saison du Théâtre du Nouveau Monde, le 19 septembre. En mars, elle sera présentée à Québec, puis en tournée jusqu’en mai dans 13 autres villes.

Il ne faut surtout pas manquer ce texte génialement baroque, bien servi par la musique encore actuelle de François Dompierre et la mise en scène de René Richard Cyr, si respectueuse des intentions originales de l’auteur.

Demain matin, Montréal m’attend, c’est un cadeau pour l’œil et un enchantement pour l’oreille. Un spectacle qui va droit au cœur.

MAUDIE À NEW YORK

Maud (Maudie en anglais) a ouvert à New York samedi dernier. Souhaitons que le film, qui faire devrait remporter une nomination aux Oscars à Sally Hawkins, obtienne aux É.-U. plus de succès qu’au Canada. Jusqu’à maintenant, Maudie a récolté moins de 3 millions $ au box-office canadien.

TÉLÉPENSÉE DU JOUR

Du 20 au 29 octobre, un grand festival du conte aura lieu à Montréal. Tous les politiciens sont invités d’office!