/slsj
Navigation

Greenpeace est sommée de cesser ses moyens de pression

Les travailleurs d’Alma dénoncent l’appel au boycottage du groupe écologiste

Mathieu Lafleur (FIM-CSN), Jean-Pierre Lebel (STT des pâtes et papier d’Alma) et Engelbert Cottenoir (CCSNSLSJ-CSN) ont dénoncé à l’unisson l’incitation au boycottage lancé par Greenpeace contre le «papier book» fabriqué à l’usine PFR d’Alma.
PHOTO PIERRE-ALEXANDRE MALTAIS Mathieu Lafleur (FIM-CSN), Jean-Pierre Lebel (STT des pâtes et papier d’Alma) et Engelbert Cottenoir (CCSNSLSJ-CSN) ont dénoncé à l’unisson l’incitation au boycottage lancé par Greenpeace contre le «papier book» fabriqué à l’usine PFR d’Alma.

Coup d'oeil sur cet article

La bataille juridique que se livrent Produits forestiers Résolu et Greenpeace est en train de mettre la patience des travailleurs d’Alma à rude épreuve, eux qui se retrouvent littéralement pris entre l’arbre et l’écorce. Les syndicats craignent maintenant pour le maintien de 280 emplois dans la région.

Les représentants de trois syndicats ont uni leurs voix hier matin pour dénoncer l’appel au boycottage lancé par Greenpeace pour que les grandes maisons d’édition cessent d’avoir recours au «papier book» produit à l’usine d’Alma.

POURSUITE EN DIFFAMATION

Depuis quelques semaines, Greenpeace incite la population et des auteurs connus à signer une pétition pour que les éditeurs fassent pression auprès de PFR. Cette stratégie est déployée en réponse à la poursuite de 300 M$ intentée contre le groupe environnemental pour diffamation.

«On trouve dommage qu’ils entament cette guerre-là. Entre ces deux multinationales-là, c’est les travailleurs qui vont manger le coup dans cette équation», indique Mathieu Lafleur, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN).

«Le message est clair, c’est assez. Arrêtez de prendre notre région comme une quantité négligeable. Soyez raisonnables et entendez-vous», dénonce de son côté le président du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Engelbert Cottenoir.

Leur collègue Jean-Pierre Lebel, qui est à la tête du Syndicat national des travailleuses et travailleurs des pâtes et papiers d’Alma, a aussi rappelé que le boycottage du papier produit à Alma met à risque la production des deux machines que compte l’usine.

GREENPEACE RÉPOND

Par voie de communiqué, Olivier Kolmel, responsable de la campagne forêt pour Greenpeace Canada a tenu à apporter les précisions suivantes: «La campagne de Greenpeace n’appelle pas à la résiliation de contrats. Nous avons invité les grands éditeurs [...] à faire partie de la solution en travaillant ensemble pour adresser les enjeux de durabilité sur le terrain. Ce que nous demandons est que Résolu fasse des efforts afin de récupérer la certification FSC dans la région du Lac-Saint-Jean».