/slsj
Navigation

L’usine Norbord près d’une réouverture

Coup d'oeil sur cet article

La première étape pour la relance de l’usine de panneaux de Chambord, fermée depuis bientôt dix ans, est franchie alors que le gouvernement a accordé hier une garantie d’approvisionnement forestier à l’entreprise Norbord.

Presque tous les maires des municipalités du Lac-Saint-Jean étaient réunis à Chambord, hier, pour cette rare bonne nouvelle concernant l’industrie forestière régionale.

Photo Stéphane Bouchard

C’est le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui a fait l’annonce de cette garantie d’approvisionnement forestier de plus de 400 000 m3 par année. Avec ce bois provenant à 85 % du Saguenay–Lac-Saint-Jean, tout porte à croire que l’usine de panneaux à lamelles orientés redémarrera avant le début de 2019.

La réouverture de l’usine Norbord permettrait de créer 300 emplois, en comptant les employés de l’usine et ceux travaillant dans la récolte forestière.

DEUX ÉTAPES

Pour le président de Norbord, Peter Wijnbergen, « la question n’est pas de savoir si l’usine sera rouverte, mais plutôt quand elle le sera ».

Il reste deux grandes étapes à franchir avant de pouvoir remettre en marche l’usine. La modernisation des machines nécessitera un investissement de 70 M$ et Norbord doit aussi s’entendre avec le syndicat et signer une nouvelle convention collective.

Evans Simard, président du syndicat de l’usine, a accueilli cette annonce avec joie. M. Simard, qui est resté à la tête d’un syndicat représentant une usine fermée pendant neuf ans, pense que les deux parties veulent redémarrer l’usine de Chambord et en arriver à une entente rapidement.

« On a déjà signé deux conventions collectives qui sont en arrêt. On a mis ce qu’il fallait pour faire un redémarrage. Ce qu’il nous faut c’est une convention qui est plus à l’image de Norbord et d’Unifor », indique M. Simard.

Des rencontres ont lieu entre l’entreprise et le syndicat depuis décembre dernier. L’annonce d’hier devrait accélérer le rythme des discussions.

TARIFS DOUANIERS

Cette annonce survient alors que le gouvernement américain menace de rajouter une taxe antidumping de 10 % sur le bois d’œuvre canadien.

Le premier ministre Philippe Couillard croit que des projets comme celui de Norbord permettront de sortir l’industrie forestière de la dépendance envers l’exportation du bois d’œuvre aux États-Unis.

« C’est important de bien comprendre que les panneaux qui sont faits ici, il n’y a pas de tarifs douaniers dessus. La meilleure façon de ne pas payer de [taxes à l’importation] à la frontière, c’est de faire plus de transformation », a affirmé M. Couillard.