/news/currentevents
Navigation

Policier de Québec sanctionné pour avoir utilisé son véhicule de manière imprudente

Policier de Québec sanctionné pour avoir utilisé son véhicule de manière imprudente
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Une sanction variant de quatre à douze jours pourrait être imposée à un policier de Québec, reconnu coupable par le comité de déontologie policière « d’avoir utilisé son véhicule de manière imprudente».

C’est en tentant d’intercepter un motocross à Beauport que les faits reprochés à Frédéric Métivier se sont déroulés en mai 2012.

Gyrophares allumés et après avoir ralenti à une vitesse d’environ 10 km/h, le policier a voulu traverser l’intersection de la rue Seigneuriale sur un feu rouge.

« Pas en situation d’urgence »

Toutefois, si deux conducteurs ont aperçu le véhicule de patrouille et lui ont cédé le passage, ce ne fut pas le cas d’une conductrice qui a percuté le véhicule de l’agent Métivier qui a fait un 180 degrés sous l’impact avant de s’immobiliser.

Pour trouver le policier coupable, la procureure du commissaire en déontologie avait indiqué que, puisqu’il était en mode « interception », « l’agent Métivier ne voulait pas lâcher prise sur le motocross » et qu’il se devait d’autant plus de s’immobiliser au feu rouge puisqu’il « n’était pas en situation d’urgence ni de poursuite ».

Motocycliste dangereux

Comme sentence, elle suggère donc une période de douze jours de suspension à être pris sans solde.

Le procureur du policier demande, pour sa part, une suspension de quatre jours.

Pour motiver sa demande, il a rappelé que le policier n’avait aucun antécédent déontologique, que les gyrophares étaient allumés au moment de l’impact, que le motocycliste représentait un « danger pour le public », que le policier ne « roulait pas à une vitesse excessive » et qu’il a ralenti à l’intersection.

La décision devrait être rendue d’ici l’automne.