/entertainment/shows
Navigation

Un spectacle époustouflant

La première de Saturday Night Fever avait lieu jeudi, au Capitole

Saturday Night Fever
Photo Simon Clark Avec ses éclairages dynamiques, sa scène tournante et ses costumes de paillettes, la facture visuelle de Saturday Night Fever est résolument moderne.

Coup d'oeil sur cet article

Pratiquez vos moulinets de bras, parce que dès que Saturday Night Fever commence, vous aurez des fourmis dans les jambes. Nico Archambault et sa conjointe Wynn Holmes brillent de mille feux dans une scénographie époustouflante et sophistiquée, aux côtés d'une troupe de danseurs étoiles qui font revivre la fièvre du samedi soir.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark

Présenté en première jeudi au Capitole, la comédie musicale Saturday Night Fever, dans laquelle sont reproduites les séquences cultes du film, est éblouissante.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark

Nico Archambault et Wynn Holmes incarnent le couple vedette formé par Tony Manero et Stéphanie Mangano. Juste pour les voir danser ensemble, le détour en vaut la chandelle.

Du coin de l'oeil, Tony Manero était admiratif devant l'entrée en scène de Stéphanie. On sentait bien que ce n'était pas Tony qui se pâmait devant Stéphanie, mais bien Archambault qui était ébloui par les premiers pas de danse de sa femme devant un public attentif.

Et avec raison. Wynn Holmes est une danseuse redoutable, et elle incarne une Stéphanie des plus sensuelles.De son côté, avec ses tatouages et ses abdominaux bien découpés, Archambault est le parfait Travolta des temps modernes. Avec un déhanché à la hauteur, il n'hésite pas à enlever quelques morceaux pour faire crier la foule... ou plutôt, les filles.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark

Impossible de ne pas être épaté par le reste de la troupe de danseurs de Saturday Night Fever, dont font partie quelques québécois. Le niveau est ici très relevé.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark

Un décor coloré

Dès le départ, au son de Stayin' Alive, les boules discos font scintiller le Capitole au son des succès des Bee Gees. Avec ses éclairages dynamiques, sa scène tournante et ses costumes de paillettes, la facture visuelle de Saturday Night Fever est résolument moderne.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark

Après une entrée en scène sexy de Tony, on plonge dans l'histoire de ce jeune de Brooklyn qui travaille dans une quincaillerie, mais qui est le roi des pistes de danse le samedi soir. Rémy Girard et Pierrette Robitaille incarnent les parents de Tony Manero, mais via des projections vidéo complètement hilarantes.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark

Amélie B. Simard se glisse dans la peau d'Annette, cette fille accaparante qui courtise Tony au bar l'Odyssey. Dans l'histoire, Annette n'est pas une grande danseuse, mais la comédienne a bien fait ses devoirs. Elle pousse également la note de façon très juste sur If I Can't Have You.

La trame des Bee Gees n'a pas pris une ride et est interprétée par des chanteurs émérites. Mention à la chanteuse Nevedya et à sa voix soul et puissante.

Au moment de mettre sous presse, la deuxième partie venait tout juste de commencer. Mais déjà, on pouvait dire mission accomplie pour Saturday Night Fever, une production de grande qualité et à la hauteur des attentes.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark

Faits saillants

Depuis minuit, jeudi soir, la bande sonore officielle du spectacle Saturday Night Fever/La fièvre du samedi soir, est disponible sur iTunes, sous l'étiquette Musicor.

Saturday Night Fever est présenté au Capitole jusqu'au 3 septembre.

Saturday Night Fever
Saturday Night Fever
Photo Simon Clark