/news/health
Navigation

Une cigarette sans fumée nouvelle version arrive

Philip Morris prétend que les impacts négatifs sur la santé seront moindres

GEN-CIGARETTE IQOS
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean On ne trouve actuellement la nouvelle cigarette IQOS que dans un seul point de vente au Québec, la tabagie Pat et Robert de Montréal. Le marché québécois devrait se développer dans les prochaines semaines, d’après Philip Morris International.

Coup d'oeil sur cet article

Une toute nouvelle cigarette sans fumée et « beaucoup moins dommageable » pour la santé fera son entrée sur le marché québécois au cours des prochaines semaines et la compagnie Philip Morris compte sur le produit pour délaisser la cigarette traditionnelle.

La toute nouvelle IQOS, pour I quit ordinary smoking, débarque au Québec après des années de recherche et développement ainsi que des investissements majeurs de Philip Morris International (PMI). « Nous avons travaillé à développer le produit pendant 10 ans et nous avons investi plus de 3 milliards de dollars sur ce projet. Ça a été un long processus, mais nous sommes heureux d’offrir cette solution de rechange aux fumeurs », explique Peter Luongo, le directeur de la filiale canadienne de PMI, Rothmans, Benson & Hedges.

Vapeur de tabac

L’innovation derrière ce nouveau produit se situe dans la façon d’extraire la nicotine et la saveur du tabac. Plutôt que de le brûler, l’IQOS chauffe électroniquement des petits bâtonnets de tabac insérés dans l’appareil jusqu’à une température d’environ 350 °C, ce qui libère une vapeur de tabac.

Donc, fini la fumée et, par le fait même, fini l’inhalation des nombreux produits chimiques qui se trouvent dans la cigarette traditionnelle, prétend la compagnie.

« Puisqu’on chauffe le tabac au lieu de le brûler, il n’y a aucune fumée, seulement l’apport en nicotine et la saveur. Il s’agit réellement d’une meilleure offre pour les fumeurs et nous souhaitons qu’à la longue tous les fumeurs fassent la transition vers ce produit », dit M. Luongo, précisant que deux millions de fumeurs à travers le monde auraient déjà adopté l’IQOS.

Succès mitigé et inquiétude

Déjà disponible dans plusieurs pays d’Asie et d’Europe, la nouvelle cigarette est en vente dans trois provinces canadiennes seulement depuis janvier. Un premier détaillant de Montréal l’a reçue il y a deux semaines, avec un succès mitigé pour l’instant.

« Pour le moment, c’est assez tranquille. Les gens posent des questions, mais restent sceptiques », constate la gérante de la tabagie Pat et Robert, Cynthia Flowers.

Au fait de l’arrivée prochaine du produit chez les détaillants québécois, le Conseil québécois sur le tabac et la santé (CQTS) demeure sceptique face aux « avantages » de l’IQOS. « L’industrie a menti pendant 50 ans à la population quant à la dangerosité de ses produits, donc, pour nous, le messager n’a aucune crédibilité », dit Claire Harvey, porte-parole du CQTS, qui qualifie le nouveau produit de « nouvelle opération marketing ».

Le Journal a tenté de joindre la santé publique pour obtenir son avis sur le nouveau produit la semaine dernière, mais personne n’était en mesure de commenter.

Qu’est-ce que la nouvelle IQOS ?

  • Cigarette sans fumée
  • Les bâtonnets de tabac sont insérés dans l’appareil
  • Une lame électronique chauffe le tabac à 350 °C plutôt que de le brûler
  • Une vapeur contenant la saveur et la nicotine est libérée
  • Prix de l’appareil : environ 65 $
  • Prix de 160 bâtonnets (cigarettes) : environ 80 $

Quel avenir pour l’usine de Québec ?

La compagnie Philip Morris International entend quitter dans le futur le marché de la cigarette traditionnelle pour se concentrer sur l’IQOS, ce qui soulève des questions quant à l’avenir de son usine de Québec.

Le directeur général de Rothmans, Bensons & Hedges, la filiale canadienne de Philip Morris International (PMI), demeure prudent lorsqu’il est question de l’usine de l’autoroute Laurentienne.

Même si la volonté de l’entreprise est de délaisser tranquillement la cigarette traditionnelle pour se tourner vers les dispositifs « sans fumée », impossible de savoir si l’usine de Rothmans de la Capitale suivra la danse pour changer de vocation.

Trois sites déjà convertis

« Il est encore trop tôt pour commenter cette possibilité [de produire l’IQOS à Québec]. Nous dépendrons beaucoup de la rapidité à laquelle les gens se convertiront à la cigarette sans fumée et à la demande ici, au Canada », explique Peter Luongo.

<b>Peter Luongo</b></br>
<i>Directeur général de RB&H</i>
Photo courtoisie
Peter Luongo
Directeur général de RB&H

PMI a déjà converti trois de ses usines en Grèce, en Roumanie et en Russie, en plus de construire de nouvelles installations en Italie et en Allemagne.

Questionné sur la possibilité de voir les installations canadiennes de l’entreprise en danger en raison de ce changement d’orientation, M. Luongo a voulu se faire rassurant.

« Nous sommes très satisfaits des résultats de l’usine de Québec. Je voudrais personnellement garder l’usine là le plus longtemps possible parce que c’est toujours intéressant d’avoir de la production locale », a dit le directeur général sans toutefois aller plus loin.

PMI a investi plus de 3 milliards de dollars dans le développement de sa cigarette sans fumée IQOS.

Le cigarettier a annoncé lundi dernier un investissement de 500 M$ pour un premier agrandissement de son usine de Bologne en Italie, ouverte en septembre 2016.