/misc
Navigation

«Sécurité optimale» pour le 50e Festival d'été

Des mesures plus serrées, mais pas d'impact pour les festivaliers, promettent les autorités

Trois files distinctes seront érigées pour accéder aux plaines d'Abraham: une pour les mains vides, une pour fouiller les poussettes et une dernière pour la vérification des sacs à dos.
Photo Stevens LeBlanc Trois files distinctes seront érigées pour accéder aux plaines d'Abraham: une pour les mains vides, une pour fouiller les poussettes et une dernière pour la vérification des sacs à dos.

Coup d'oeil sur cet article

Fouilles plus serrées, deux fois plus de détecteurs de métal à l'entrée des principaux sites et retours des blocs de béton pour contrer une attaque au véhicule bélier: la sécurité sera relevée d'un cran pour le 50e Festival d'été, mais les autorités assurent que les spectateurs n'y verront que du feu.

«Les mesures de sécurité n'auront pas un impact significatif sur l'expérience des festivaliers», a promis l'inspecteur André Turcotte, du Service de police de la Ville de Québec.

Le directeur général du Festival d'été de Québec, Daniel Gélinas, et l'inspecteur du Service de police de la Ville de Québec, André Turcotte
Photo Stevens LeBlanc
Le directeur général du Festival d'été de Québec, Daniel Gélinas, et l'inspecteur du Service de police de la Ville de Québec, André Turcotte

Il reste que la menace terroriste, qui n'a été évoquée que du bout des lèvres lors de la traditionnelle conférence de presse logistique du Festival d'été, mardi matin, guide plus que jamais les actions des dirigeants du festival et des autorités civiles.

Le policier Turcotte a même fait un rare appel à la vigilance des citoyens en leur demandant de signaler tout comportement suspect ou anormal. «Ce n'est pas seulement pour le terrorisme, ça s'applique aussi pour le trafic de stupéfiants», a-t-il tenu à préciser.

Trois files pour les Plaines

Dans l'optique de réduire l'impact sur les festivaliers, trois files distinctes seront érigées pour accéder aux plaines d'Abraham: une pour les mains vides, une pour fouiller les poussettes et une dernière pour la vérification des sacs à dos.

En outre, des fouilles aléatoires aux détecteurs de métal seront effectuées lors de certaines soirées plus à risque, a avisé le directeur de production du FEQ, Patrick Martin. «Nous aurons environ une soixantaine de détecteurs, soit le double de ce qu'on avait.»

Le directeur de production du Festival d'été de Québec, Patrick Martin, et le directeur général, Daniel Gélinas
Photo Stevens LeBlanc
Le directeur de production du Festival d'été de Québec, Patrick Martin, et le directeur général, Daniel Gélinas

Comme par les années passées, une dizaine de caméras de surveillance scruteront tout ce qui se passe sur le terrain.

«Dans les circonstances, notre sécurité sera optimale», a résumé le directeur général du FEQ, Daniel Gélinas.

Nouvelle navette du RTC

Parmi les autres nouveautés, notons la création par le Réseau de transport de la Capitale d'une nouvelle navette, la 420, qui reliera le stationnement de Place Iberville IV, dans Sainte-Foy, vers les sites de concerts. Elle s'ajoute aux trois autres qui partent de Lebourgneuf, Charlesbourg et Beauport.

Après avoir banni tout liquide l'an dernier, le FEQ a annoncé l'ajout de distributrices d'eau sur les Plaines. De 10, elles passent à 30 cette année, soit six unités de cinq distributrices.

Enfin, Daniel Gélinas a encore une fois tenté de décourager la «recommercialisation» des laissez-passer du Festival par les sites de revente ou Shareapass. Il avertit même que des spectateurs pourraient se faire refuser l'accès aux sites.

«Si la puce est désactivée, le détenteur du laissez-passer ne pourra aller la faire réactiver s'il n'est pas celui qui l'a acheté directement de notre site web», a-t-il expliqué.

Un festival encore plus sécuritaire

  • Les sacs à dos seront fouillés de façon plus minutieuse de même que les poussettes. Le Festival recommande fortement d’éviter d’entrer sur les sites avec un sac à dos ou une poussette pour accélérer le processus.
  • Deux fois plus de détecteurs de métaux pour les concerts jugés plus à risque. On veut éviter la possession d’armes blanches.
  • Présence policière accrue, mais pas de façon drastique, selon le SPVQ.
  • Installation de blocs de béton dans les rues situées à l’intérieur du périmètre des festivités afin de prévenir une attaque au camion bélier, comme celle de Nice, l’été dernier.
  • L’interdiction de tout liquide sur les différents sites demeure. Le Festival cherche à éviter l’introduction de drogues, tel le GHB.