/news/currentevents
Navigation

Un homme porteur du VIH accusé d'agressions sexuelles graves au palais de justice de Montmagny

Frédéric Lefebvre, porteur du VIH
Photo Courtoisie Frédéric Lefebvre aurait eu des relations sexuelles sans se soucier de la possibilité de transmettre le VIH à ses partenaires.

Coup d'oeil sur cet article

Un individu de 34 ans, porteur du VIH, a fait face à la justice mardi pour avoir eu des relations sexuelles avec deux partenaires sans se soucier de la possibilité de leur transmettre son virus.

Faisant l’objet d’un mandat d’arrestation depuis une semaine, Frédéric Lefebvre a été arrêté à son domicile de Montréal et amené au palais de justice de Montmagny où il a été accusé de deux chefs d’agression sexuelle grave, mardi matin.

Le cuisinier de formation aurait mis en danger la vie de deux hommes de 24 et 39 ans en les agressant sexuellement, peut-on lire sur l’acte de dénonciation. D’autres plaignants pourraient s’ajouter. «On continue à rencontrer des gens dans ce dossier-là», a lancé de façon prudente Ann Mathieu, porte-parole pour la Sûreté du Québec.

Les gestes reprochés auraient été posés entre le 29 juillet et le 31 octobre 2016, à Saint-Fabien-de-Panet. L’accusé aurait résidé un certain temps dans cette municipalité de Chaudière-Appalaches, avant de s’installer dans la métropole, selon les dires d’une amie. Avant tout ça, il avait travaillé comme cuisinier à Québec durant une partie de l’été.

VIH

Lefebvre se serait confié à elle sur sa maladie, il y a de cela quelques mois. Le cuisinier avait aussi été transparent sur sa condition auprès de son ancien employeur, un restaurant bien connu de Québec, où il a travaillé quelques semaines à l’été 2016. «Il nous avait dit ça, comme ça, comme si de rien n’était», avance la directrice de l’établissement, encore un peu étonnée de la situation.

Fraudes

Frédéric Lefebvre demeure détenu de façon provisoire. Il doit revenir à la cour, toujours à Montmagny, le 17 juillet, pour la tenue de son enquête sur remise en liberté.

Le trentenaire était aussi recherché par la police de Québec en lien avec 12 accusations de fraude de moins de 5000 $ pour des gestes remontant à avril 2016. Visé depuis par un mandat, il aurait frustré l’École hôtelière de la capitale, à Québec, selon le dossier consulté à la cour municipale.