/news/transports
Navigation

Traverse Rimouski-Forestville: les activités devraient reprendre samedi

Le traversier «CNM Évolution».
Photo Agence QMI, Capture d'écran TVA Nouvelles Le traversier «CNM Évolution».

Coup d'oeil sur cet article

Le propriétaire du traversier «CNM Évolution» qui fait la liaison Rimouski-Forestville, Hilaire Journault, assure que les traversées reprendront normalement samedi.

Cependant, Transports Canada a laissé planer un doute au cours de la journée quant à l’émission d’un interdit de départ. Au moment d’écrire ces lignes, cet avis n’avait toujours pas été émis.

Les trois départs prévus vendredi ont été annulés sur les deux rives.

Selon le propriétaire, c'est un problème électronique intermittent qui est à l'origine de l'interruption de service. Une pièce en provenance des États-Unis devait arriver vendredi en après-midi à Rimouski pour compléter la réparation. Transports Canada a plutôt indiqué qu’il y a un bris mécanique au moteur du côté bâbord du navire.

Les employés de la billetterie ont avisé les clients par téléphone de l'interruption de service vendredi.

Ce n’est pas le premier arrêt du «CNM Évolution» en raison d’un bris cette année. Les 21 et 22 juin, le navire est resté à quai en raison d’un problème de moteur.

En plus de la panne du «F.-A.-Gauthier» - qui assure le service entre Matane, Baie-Comeau et Godbout - en début de semaine, l’arrêt de service de la liaison Rimouski-Forestville vendredi arrive à un bien mauvais moment en ce début de saison touristique. Les traversiers sont importants pour cette industrie dans l’Est-du-Québec.

«Ça permet une diversification au niveau des attraits touristiques ou des destinations que les visiteurs vont pouvoir visiter. Un visiteur va pouvoir visiter le Bas-Saint-Laurent et la Côte-Nord dans un même voyage. Sans traversier, il devrait choisir l’une des deux destinations», affirme Véronique Mariève Gosselin, de la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER).

Pour les passagers qui doivent utiliser le «CNM Évolution», le plus simple demeure de s'informer sur le site web de la traverse avant le départ.