/news/transports
Navigation

Non à une fusion Québec-Lévis

Les maires Labeaume et Lehouillier rejettent la mise en commun du transport collectif

Les services de transport collectif de Québec et de Lévis ne feront finalement pas l’objet d’une fusion.
Photo d’archives, Jean-François Desgagnés Les services de transport collectif de Québec et de Lévis ne feront finalement pas l’objet d’une fusion.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir envisagé de mettre en commun plusieurs services de leurs sociétés de transport, les maires de Québec et Lévis ferment maintenant la porte à double tour.

Les relations tendues entre Lévis et Québec sur la question des transports ont visiblement eu raison des bonnes intentions exprimées par Régis Labeaume et Gilles Lehouillier lors de l’arrivée de ce dernier à la mairie de Lévis.

En mars 2014, les deux maires saluaient la fin de l’esprit de clocher entre les villes voisines et plaidaient en chœur pour une meilleure coordination du Réseau de transport de la capitale (RTC) et de la Société de transport de Lévis (STLévis). Ils s’étaient entendus pour étudier l’harmonisation des services et des grilles tarifaires ainsi que pour la création d’un guichet unique pour l’achat de titres et pour le service à la clientèle.

Les services de transport collectif de Québec et de Lévis ne feront finalement pas l’objet d’une fusion.
Photo Jean-François Desgagnés

Intentions non concrétisées

Or, c’est resté au stade des intentions, confirme le maire de Lévis. « Il n’en a jamais été question. Il n’y a aucun regroupement des deux sociétés de prévu à court et moyen terme. Il n’y a rien sur la table. »

Peut-être étudiera-t-on plus tard l’harmonisation des tarifs, dans le cadre des scénarios pour assurer l’interconnexion entre les deux rives, suggère-t-il. Une éventualité qui est loin d’être assurée puisque le maire de Québec a dit et répété ces derniers temps qu’il ne s’occupait plus que de sa ville à la suite de l’échec du projet commun de service rapide par bus.

Il l’a d’ailleurs réitéré au Journal. « J’ai cru énormément à l’esprit régional. Là, c’est terminé. Je m’occupe de mes affaires, de Québec, du transport collectif à Québec. »

Trop cher pour Lévis

Lévis calcule qu’une fusion des sociétés de transport coûterait trop cher à ses contribuables.

Il en coûte à peu près 76 $ à chaque Lévisien pour le transport en commun, alors qu’un résident de Québec débourse près de 200 $ sur son compte de taxes, souligne Gilles Lehouillier. « On se retrouverait avec un coût plus élevé. Aussi, les conditions de travail ne sont pas les mêmes (au RTC et à la STLévis). Et nous, en plus, on a une partie du réseau qui est opérée par le privé. »

En 2014, le Parti québécois avait tenté de favoriser l’harmonisation des services entre les deux sociétés. Dans sa Stratégie nationale de mobilité durable, le ministre des Transports de l’époque, Sylvain Gaudreau, avait proposé une « révision de la gouvernance des sociétés de transport de Québec et Lévis », qui prônait, entre autres, la mise en place d’un guichet unique pour l’information et la billetterie.

Mais le projet est tombé avec la défaite du PQ aux mains des libéraux quelques mois plus tard.

L’exemple de Montréal pour inspirer Québec

Certains observateurs croient qu’une gouvernance unique pour les sociétés de transport, à l’image de ce qui se fait à Montréal, serait une bonne idée pour la capitale.

À Québec, le transport en commun ne peut pas, par contre, être considéré en silo, plaide Érick Rivard, architecte et designer urbain, membre du comité consultatif sur la mobilité durable de la Ville de Québec.

« La capitale, c’est sur les deux rives et je pense que ça tombe sur le sens du monde que le transport et la mobilité, ce soit réfléchi avec une vision capitale et pas chacun de son côté. »

Montréal pourrait selon lui servir d’exemple. Un point de vue appuyé par Étienne Grandmont, directeur général de l’organisme Accès Transports viables.

Depuis le 1er juin, la gouvernance du transport en commun dans la région de Montréal est unifiée, à la suite du projet de loi 76 qui a été adopté il y a deux ans par l’Assemblée nationale. « C’était un capharnaüm avec à peu près 14 transporteurs et une agence métropolitaine qui s’occupait des trains. Tout le monde planifiait son réseau de façon séparée », relate François Pepin, le président de Trajectoire Québec.

Résultat : avec la multiplication des titres de transport, c’était très complexe pour les usagers de s’y retrouver.

Simplifier les choses

La nouvelle entité de gouvernance à Montréal, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), vise à simplifier les choses et à assurer une meilleure planification régionale. Elle est formée de membres nommés à 50 % par la Communauté métropolitaine de Montréal et à 50 % par le ministère des Transports.

Elle perçoit tous les titres et distribue l’argent aux sociétés de transport de Montréal, Laval et la Rive-Sud, ainsi qu’à l’autorité qui s’occupe de la couronne élargie. Ces quatre organisations deviennent de simples opérateurs au service de l’ARTM.

« On met les ressources en commun, mais les sociétés gardent une certai­ne autonomie, indique M. Pepin. Je pense que ce pourrait être bon à Québec aussi. »

Le maire Régis Labeaume ne veut pas en entendre parler. « Je ne suis pas là. Je m’occupe de Québec et Lévis s’occupera de ses affaires. »

Au cabinet du ministre des Transports, Laurent Lessard, l’attaché de presse Mathieu Gaudreault a indiqué que le gouvernement n’a pas l’intention de procéder de la même façon à Québec. « On n’en est pas là. »

La situation à Québec-Lévis

  • Deux sociétés de transport avec chacune leur gouvernance
  • Des titres distincts, un laissez-passer métropolitain
  • Des autobus de Lévis traversent à Québec et empruntent des parcours vers les pôles d’emploi le long de l’axe est-ouest.
  • Mais ne sont pas autorisés à prendre de passagers.

Situation dans la région de Montréal

  • Une entité de gouvernance : l’Autorité régionale de transport métropolitain
  • Quatre sociétés opératrices : Les sociétés de transport de Laval (STL), de Longueuil (RTL), de Montréal (STM) et le Réseau de transport métropolitain, qui opère bus et trains de banlieue
  • Objectif : passer de 700 titres de transport à un titre unique