/weekend
Navigation

Une création audacieuse

Coup d'oeil sur cet article

Avec Vice & Vertu, Les 7 doigts de la main se sont lancés dans une entreprise de taille. En quelques mois à peine (huit, pour être plus précis), ils ont monté de toutes pièces un parcours immersif inspiré du boulevard Saint-Laurent des années 1940 et 1950, dans lequel évoluent une trentaine d’artistes. La durée totale de ce voyage dans le temps ? Plus ou moins trois heures. C’est tout dire.

L’homme qui a pris la responsabilité de ce projet, qui sera présenté à la Société des arts technologiques (SAT), idéalement située sur la « Main », se nomme Samuel Tétreault. Il est l’un des cofondateurs des 7 doigts de la main, compagnie de cirque montréalaise réputée pour sa créativité.

Appuyé par ses confrères Isabelle Chassé et Patrick Léonard, qui l’assistent pour la mise en scène, le directeur artistique a imaginé trois univers dans lesquels se côtoient musique live (Betty Bonifassi sera de la partie), théâtre, humour, projections vidéo et, bien sûr, de nombreuses disciplines circassiennes.

« La SAT m’a beaucoup inspiré, notamment à cause de son dôme de projection vidéo. En fait, c’est comme une espèce d’écran Imax, mais courbé, a expliqué celui que nous avons rencontré à l’Auditorium de Verdun, où les artistes ont répété le spectacle. À mes yeux, c’était une opportunité extraordinaire de créer un spectacle de cirque où la scénographie allait être cette imagerie immersive, à 360 degrés. Nous allons pouvoir y présenter des lieux emblématiques de Montréal, comme l’intérieur de l’oratoire Saint-Joseph ou l’intérieur du restaurant Schwartz’s, par exemple. »

Inspiré de l’histoire

Présenté dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal et de Montréal complètement cirque, Vice & Vertu a été créé en s’inspirant de personnages historiques qui ont marqué la métropole.

Pax Plante et Jean Drapeau, les procureurs de l’enquête Caron qui ont levé le voile sur un système de collusion entre la police et le « commerce du vice » qui permettait au Red Light d’exister, dans les années 1940, sont de la partie. L’effeuilleuse Lili St-Cyr, icône burlesque, ainsi que les mafieux Harry Ship et Harry Davis comptent aussi parmi les personnalités qui reprendront vie dans le cadre du spectacle.

« J’ai fait beaucoup de recherches, je me suis plongé là-dedans corps et âme. Ç’a été extraordinaire, pour moi, a souligné Samuel Tétreault. Je ne savais pas que Montréal, en 1940, 1945 et 1950, avait été le Las Vegas de l’Amérique du Nord [...] J’avais envie de partager ça avec les gens. »

Ainsi, le metteur en scène s’est allié à des historiens afin de valider certains faits qui ont guidé la création du spectacle. Malgré tout, il s’est permis certaines libertés artistiques.

« Ça reste une fiction, pour les besoins de la scénarisation. (...) Par exemple, Lili St-Cyr a eu deux procès, un à Montréal et l’autre aux États-Unis, mais nous avons condensé les deux pour faire comme si ça avait eu lieu uniquement ici. L’histoire devait être suffisamment compréhensible. »

Trois groupes

Vice & Vertu a été conçu en cinq parties. Il comprend un prologue, un épilogue et trois spectacles. Au départ, les 500 spectateurs, que l’on encourage à arborer des vêtements et accessoires qui rappellent les années 1940 et 1950, assistent au prologue ensemble. Par la suite, ils sont divisés en trois groupes afin de visiter les trois différentes stations (le dôme de la SAT en est une), qui ont chacune « leur finalité dramaturgique ».

« Par contre, elles se répondent entre elles. C’est pour ça qu’elles peuvent être visitées dans le désordre », a précisé le metteur en scène.

Dans la portion inspirée du Red Light, située au rez-de-chaussée, le public sera invité à circuler à travers les éléments du décor, comme le feraient des figurants.

« Tout est ouvert, mais il y a un coin où c’est une maison close, un autre où c’est le palais de justice, un autre où c’est le Tic-Toc Club, la maison de gambling d’Harry Ship. Tu as donc l’impression de visiter un musée avec des artéfacts. Les spectateurs vont donc circuler d’un endroit à l’autre en suivant l’action théâtrale. Ça fait partie de l’expérience immersive. »

► Vice & Vertu des 7 doigts de la main sera présenté à la SAT, du 10 juillet au 6 août, dans le cadre de Montréal complètement cirque. Le spectacle s’adresse aux personnes âgées de 18 ans et plus.