/finance/pme
Navigation

4,5 M$ investis pour contrer la pénurie de main-d’œuvre

Une entreprise alimentaire automatise sa production pour assurer sa croissance

Avec une usine automatisée à 90 %, le président d’Aliments 2000, Denis Giroux, a le vent dans les voiles.
Photo Stevens LeBlanc Avec une usine automatisée à 90 %, le président d’Aliments 2000, Denis Giroux, a le vent dans les voiles.

Coup d'oeil sur cet article

La conquête de nouveaux marchés passe par l’automatisation pour Aliments 2000 qui a investi 4,5 M$ au cours de la dernière année pour acquérir une usine et de nouveaux équipements dédiés à la transformation agroalimentaire.

L’entreprise commercialise ses produits sous la marque Pâte 2000, en plus de produire des marques privées appartenant à de grandes chaînes d’alimentation et distribuées partout au Québec.

Reconnue pour ses pâtes à tarte et ses pizzas, une part importante des activités de cette PME consiste aussi à fabriquer des boules à pizza pour les restaurants.

Même si près de 90 % des activités sont automatisées, l’entreprise a su garder la flexibilité nécessaire puisqu’elle détient pas moins d’une trentaine de recettes de pâte à pizza pour ses clients. Sur les 4,5 M$ investis, près de 2 M$ ont servi à l’achat d’équipement devenu nécessaire en raison d’une pénurie de main-d’œuvre.

« On est propriétaires de l’entreprise depuis huit ans et je peux vous dire que cela a beaucoup bougé depuis ce temps. On a pris le virage de mécaniser l’usine. Selon nous, la clé est là », a mentionné Denis Giroux, président.

Nouvelle acquisition

L’entreprise a annoncé qu’elle a fait l’acquisition récemment de PizzéDélic – division détail – qu’elle entend relancer. Depuis le rachat de l’entreprise par M. Giroux et ses associés, le chiffre d’affaires d’Aliments 2000 a triplé. Près d’une cinquantaine de personnes y travaillent.

Il y a un an, Aliments 2000 est passée d’une usine de 16 000 pi2 à 35 000 pi2 dans le parc industriel de Saint-Augustin-de-Desmaures.

« En procédant à ce déménagement, cela nous a permis d’ajouter une ligne de production pour la pizza garnie », a poursuivi M. Giroux.

Ces changements permettent d’envisager une croissance de 30 % cette année. « L’an prochain, ça devrait être encore plus. On a l’intention de faire rouler la ligne de production de pizzas de jour comme de soir », a-t-il dit.

En fonction des saisons

La demande pour la pâte à tarte, qui est une autre spécialité de la maison, débute avec la saison des pommes, à l’automne, et elle se poursuit jusqu’en janvier.

« Aussitôt que les pommes sont prêtes, on fait de la pâte à tarte cinq jours par semaine », a-t-il souligné, ajoutant que l’entreprise n’utilise que des gras non hydrogénés.

Avec ses deux associés, Conrad Boivin et Sylvain Laroche, M. Giroux compte bien s’attaquer au marché canadien d’ici peu, d’autant plus qu’il est bien équipé pour le faire.