/finance/business
Navigation

Les ventes trimestrielles du propriétaire de La Cage – Brasserie sportive en hausse de 18,5 %

Annonces de Jean Bédard au sujet de ses restaurants La Cage aux sports.
Photo d'archives, Agence QMI Jean Bédard

Coup d'oeil sur cet article

BOUCHERVILLE – Le repositionnement amorcé ces dernières années par La Cage – Brasserie sportive – autrefois La Cage aux sports – commence à porter ses fruits, puisque le Groupe Sportscene a enregistré au troisième trimestre ses meilleurs résultats en trois ans.

L’entreprise basée à Boucherville, près de Montréal, a indiqué jeudi que «cette période a été marquée par une solide croissance des ventes», lesquelles ont bondi de 18,5 % par rapport à la même période en 2016.

Pour le trimestre clos le 28 mai dernier, les ventes totales de La Cage, qu’il s’agisse des restaurants corporatifs, franchisés ou détenus en partenariat, se sont chiffrées à 32,5 millions $. Sportscene précise que la fermeture de quatre établissements du réseau, qui compte maintenant 45 restaurants, n’a pas fait reculer les ventes, au contraire.

Les revenus au troisième trimestre ont aussi affiché la même courbe vers le haut, en hausse de 30,8 % par rapport au trimestre correspondant de 2016, à 26 millions $, alors que le BAIIA ajusté consolidé a atteint 2,4 millions $. Le bénéfice net de 900 000 $ ou 0,21 $ par action se compare avantageusement à la perte de 300 000 $ (0,08 $ par action) enregistrée au trimestre correspondant de 2016.

«Au cours des dernières années, nous avons implanté une stratégie audacieuse qui nous confère aujourd'hui une longueur d'avance dans notre créneau de marché. Nous continuerons de bâtir sur cette avance pour consolider notre leadership de marché et la rentabilité de nos opérations», a dit jeudi le président et chef de la direction de Sportscene, Jean Bédard.

Après trois trimestres, les ventes du réseau s’élèvent à 90,4 millions $, soit 12,7 % de plus que l’an dernier après 39 semaines d’activités. Les revenus atteignent pour leur part 70,1 millions $, alors que le BAIIA ajusté consolidé, en hausse de 58,6 %, se chiffre à 5,8 millions $. Le bénéfice net cumulatif est de 1,5 million $ ou 0,36 $ par action, comparativement à une perte de 200 000 $ ou 0,04 $ par action à pareille date l’an dernier.

La direction de Sportscene a expliqué par communiqué que ces résultats sont dus essentiellement à la hausse des ventes moyennes par Cage comparable et aux «mesures adoptées pour hausser la valeur offerte à la clientèle tout en optimisant les coûts d’exploitation», a-t-on précisé.

D’autres rénovations à venir

Vingt-et-une Cage ont été rénovées dans le cadre du plan de repositionnement mis de l’avant par l’entreprise et des travaux du même ordre se dérouleront au cours des deux prochaines années dans d’autres établissements du réseau de Sportscene, entreprise fondée en 1984.