/opinion/blogs/columnists
Navigation

Mais si!

Coup d'oeil sur cet article

Quand la conjonction si guide une phrase proposant une condition, elle peut être suivie de l’imparfait, du présent et même du plus-que-parfait de l’indicatif. Ex.: Si Luc insistait (imparfait), Luce l’aiderait. Si Luc insiste (présent), Luce l’aidera. Si Luc avait insisté (plus-que-parfait), Luce l’aurait aidé. Et, surprise pour ceux qui vivent et meurent d’après cet étrange adage, « les si n’aiment pas les rais (rait, raient) », un verbe au conditionnel peut – sinon doit – être employé après le si dans un cas d’interrogation indirecte (ou de discours rapporté). Suite et exemples demain.