/news/provincial
Navigation

La piste cyclable là pour rester

Labeaume minimise les inconvénients liés aux embouteillages sur Dalhousie et dans le secteur du Vieux-Port

Malgré les bouchons de circulation et les lamentations des commerçants, la piste cyclable sur la rue Dalhousie est là pour rester, a tranché l'administration Labeaume. «On va survivre», a laissé tomber le maire.
Photo Jean-François Desgagnés Malgré les bouchons de circulation et les lamentations des commerçants, la piste cyclable sur la rue Dalhousie est là pour rester, a tranché l'administration Labeaume. «On va survivre», a laissé tomber le maire.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les bouchons de circulation et les lamentations des commerçants, la piste cyclable sur la rue Dalhousie est là pour rester, a tranché l’administration Labeaume. « On va survivre », a laissé tomber le maire.

Régis Labeaume sait que la circulation est plus dense dans le secteur du Vieux-Port depuis quelques semaines. Mais pour lui, la situation n’est pas si dramatique. « Ce n’est pas à toutes les heures du jour », plaide-t-il.

Et il est normal que la circulation soit plus dense en été, selon lui. « Il y a des milliers de cyclistes l’été qui passent là. On a des gens de Québec qui en profitent. On a beaucoup de touristes. Place des Canotiers attire des milliers de personnes chaque jour. On ne peut pas tout avoir dans la vie. »

Il invite les automobilistes à s’ajuster, à choisir d’autres itinéraires. Quant aux commerçants, il est peu sensible à leurs récriminations. « Les commerçants, moi je sais qu’ils ont des milliers de personnes avec la place des Canotiers. Et ils sont très heureux généralement. Il y en aura toujours un ou deux qui chialeront sur tout. »

Sécurité

La Ville a choisi de prioriser la sécurité des cyclistes et des piétons. On a retourné la situation dans tous les sens, et la seule solution pour faire passer la piste était le long de la chaussée parce qu’un passage à travers la place des Canotiers aurait été périlleux, a expliqué la vice-présidente du comité exécutif, Julie Lemieux.

Mme Lemieux précise qu’une série de mesures ont été mises en place pour atténuer les inconvénients. Par exemple, la traverse pour piétons a été déplacée pour être installée directement en face de la porte du Musée de la civilisation. Une piste cyclable temporaire a aussi été utilisée le temps des travaux, mais elle a été démantelée jeudi.

Le directeur du restaurant Spag&Tini, Dany Sears, estime que la piste cyclable temporaire devrait faire partie de la réflexion. « Si les vélos passent à un endroit convenable, ce serait peut-être intéressant de regarder si on ne peut pas les faire passer là tout le temps ? »

« On ne mourra pas »

« Il y a des petits inconvénients, mais je pense qu’on ne mourra pas, honnêtement », a quant à lui lâché le maire Labeaume.

Le candidat à la mairie Jean-François Gosselin, qui avait déjà dénoncé l’aménagement de la piste cyclable, a immédiatement réagi sur Twitter. « Si je suis élu maire en novembre, la piste cyclable retournera sur le bord du fleuve », a-t-il promis.

— Avec la collaboration d’Élisa Cloutier

 

Des restaurateurs réagissent

« Selon moi, il y a beaucoup de monde qui va continuer de se plaindre, surtout que les grands voiliers vont arriver la semaine prochaine, ça va vraiment être l’enfer », mentionne Andrew Murphy, propriétaire du pub Q-de-Sac.

« J’embarque sans hésitation [dans une pétition ou initiative citoyenne pour informer le maire de leur mécontentement] », mentionne Evelyne Auger, copropriétaire du restaurant Côtes-à-Côtes.

« Là, il n’y a pas de piste cyclable, ils ont retiré les poteaux pour faire la traverse. Alors, je pose la question : où passent les vélos ? S’ils passent à un endroit convenable, ce serait peut-être intéressant de regarder si on ne peut pas les faire passer là tout le temps », se questionne Dany Sears, directeur du restaurant Spag&Tini.