/sports/others
Navigation

Un premier maillot jaune sur un vélo québécois au Tour de France

Fabio Aru, nouveau meneur de la course, utilise une monture de marque Argon 18

Fabio Aru, à l’avant-plan, a ravi le maillot jaune au Britannique Chris Froome, jeudi. L’Italien et ses coéquipiers chez Astana roulent avec les vélos Argon 18, de conception québécoise.
Photo AFP Fabio Aru, à l’avant-plan, a ravi le maillot jaune au Britannique Chris Froome, jeudi. L’Italien et ses coéquipiers chez Astana roulent avec les vélos Argon 18, de conception québécoise.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois de l’histoire, le maillot jaune du Tour de France roulera vendredi avec un vélo de conception québécoise.

L’homme d’affaires Gervais Rioux jubilait jeudi au bout du fil. Après une journée complètement folle, il savourait ce moment qu’il espérait depuis fort longtemps.

Outre la victoire de Romain Bardet, la troisième place de Fabio Aru à l’arrivée au sommet de Peyragudes a permis à l’Italien de ravir la tunique de meneur à Chris Froome, en difficulté dans les derniers hectomètres après un travail exemplaire de ses équipiers de chez Sky.

Fabio Aru (Astana) prend donc la tête du classement général avec six secondes d’avance sur le tenant du titre. Cette saison, tous les coureurs de la formation Astana utilisent des vélos de marque Argon 18, fondée par Gervais Rioux et son frère.

«Le summum»

Aussi longtemps que l’Italien portera le jaune, les yeux de tous les amateurs de cyclisme dans le monde entier seront rivés sur l’athlète et sa bécane Gallium Pro.

«C’est une journée chanceuse pour nous. On avait déjà gagné le championnat d’Italie avec Aru, mais le maillot jaune au Tour de France, c’est le summum. On savait qu’il avait des chances et maintenant on espère qu’il le gardera le plus longtemps possible», a expliqué Gervais Rioux, qui retournera en France dès demain, lui qui a déjà assisté au départ de cette édition avant de rentrer à Montréal.

L’ex-olympien à Séoul en 1988 songe même à une victoire finale de son favori sur les Champs-Élysées le 23 juillet prochain.

«C’est un grand accomplissement. L’autre étape la plus importante, on espère se rendre à Paris. On veut porter le jaune sur le podium final», ajoute le fabricant originaire de Mont-Joli.

Avec son équipe, l’homme d’affaires de 56 ans n’allait pas manquer l’occasion de diffuser quelques commentaires du champion.

«Je peux vraiment compter sur mon vélo Gallium Pro. Je l’adore et il me procure de belles sensations sur la route», a dit Aru par voie de communiqué.

En 2015 et 2016, Argon 18 avait d’abord fait sa place dans le peloton en fournissant des vélos à l’équipe allemande Bora.

Impact sur les ventes

Cette année, Argon 18 s’est associé avec l’entreprise de Rivière-du-Loup, Premier Tech.

Avec cette notoriété mondiale, Argon 18 s’attend à un impact immédiat sur ses ventes. «On a de bons vélos, on les met en valeur et nous sommes présents dans 75 pays», termine Gervais Rioux.