/finance/business
Navigation

Deux nouvelles acquisitions pour Premier Tech

Coup d'oeil sur cet article

Premier Tech de Rivière-du-Loup accentue son rayonnement à l’échelle internationale avec deux nouvelles acquisitions en France et en Inde, dont la valeur n’a toutefois pas été dévoilée.

L’entreprise poursuit sa croissance en voyant son chiffre d’affaires progresser de 50,2 M$ au cours de la dernière année pour s’établir à 725 M$.

« Ces acquisitions se situent dans deux de nos trois groupes d’affaires. L’acquisition en France est dans notre secteur équipement industriel, alors que notre acquisition en Inde est dans notre division technologies environnementales », a expliqué Martin Noël, vice-président et chef de la direction financière.

Au cours des dernières années, la croissance est venue principalement de l’augmentation des ventes et par des acquisitions comme celles annoncées vendredi matin, qui impliquent la société française A.C.P. System S.A.R.L. et l’entreprise Brisanzia Technologies, en Inde.

La société française se spécialise dans la conception et l’installation de lignes d’ensachage.

« La France est le troisième pays en importance en termes de chiffre d’affaires. On réalise environ 12 % de notre chiffre d’affaires là-bas », a ajouté M. Noël.

Plus récemment, Premier Tech a conclu l’acquisition d’une participation majoritaire dans Brisanzia Technologies, située à Delhi, en Inde, qui compte près de 200 employés.

Au cours des dix dernières années, Premier Tech a réalisé une trentaine d’acquisitions, dont cinq l’an dernier. Selon M. Noël, l’entreprise est en ligne avec son modèle de croissance, qui prévoit des acquisitions en plus d’une croissance organique. Depuis 1990, le taux de croissance annuel s’établit à 10,5 %.

Commissaire au lobbyisme

Premier Tech a enregistré un plaidoyer de non-culpabilité face aux trois infractions reprochées en 2016 par le Commissaire au lobbyisme, qui a conduit au départ de Sam Hamad du Conseil des ministres et, plus tard, au printemps dernier, à sa démission comme député de Louis-Hébert. La compagnie dit ne pas comprendre la nature des reproches formulés et elle a demandé une divulgation de la preuve. Le dossier suit son cours.