/sports/hockey
Navigation

Encore loin d'une vente des Hurricanes?

Hurricanes
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

La vente possible des Hurricanes de la Caroline a continué de faire jaser, vendredi.

Si le média spécialisé Bloomberg avançait la veille que l’équipe était sur le point d’être vendue à des intérêts locaux, le réputé magazine «Forbes» laisse plutôt croire qu’une entente entre l’actuel propriétaire Peter Karmanos et l’acheteur potentiel Chuck Greenberg est loin d’être signée.

Selon Forbes, Greenberg s’intéresse à l’achat des Hurricanes, mais le prix de 500 millions $ avancé ne serait pas nécessairement juste.

L'ancien président et chef de la direction des Rangers du Texas n’aurait pas non plus les liquidités nécessaires pour faire une offre intéressante à Karmanos.

Pour l’instant, la seule information officielle dans ce dossier provient d’une déclaration transmise par l’organisation des Hurricanes.

«Depuis qu’une offre a été faite pour l’achat de l’équipe, M. Karmanos prévoit évaluer l’offre et continuera à évaluer toutes les options, dont celle de demeurer propriétaire de l’équipe», a-t-on indiqué jeudi.

La vente des Hurricanes n’est donc pas complétée, mais une offre a été effectivement été déposée.

À Raleigh pour y rester?

Évidemment, dans un tel dossier, il n’est pas rare de nager dans l’incertitude. Tous les moyens semblent également bons pour négocier la valeur d’une équipe.

En se fiant aux propos tenus en janvier par le commissaire Gary Bettman lors du week-end du match des étoiles de la Ligue nationale de hockey (LNH), les Hurricanes seraient toutefois à Raleigh pour y rester.

Déjà, à ce moment, Karmanos se disait prêt à vendre si une offre intéressante lui était soumise.

La formation de la Caroline a attiré en moyenne 11 776 spectateurs par rencontre locale la saison passée, soit le plus faible total de la ligue.

La situation n’est pas sans continuer de faire rêver les amateurs de hockey, à Québec. Le Centre Vidéotron est effectivement prêt à accueillir un club de la LNH. Par contre, la formation n’a pas encore été vendue et un déménagement semble encore loin parmi les options envisagées.