/weekend
Navigation

Divorcer à tout prix

Divorcer à tout prix
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

C’est une pièce de l’auteur Norm Foster qui est présentement à l’affiche au Théâtre de Châteauguay. Réputé pour ses ­comédies de situation, l’auteur transporte ses spectateurs dans une histoire d’adultère où un homme souhaitant divorcer va tirer les ficelles d’une mise en scène inusitée.

Le prolifique auteur canadien Norm Foster, qui a signé pas moins d’une quarantaine de pièces de théâtre, a fait ses preuves en matière de théâtre d’été. Ses pièces ont l’habitude de séduire les spectateurs en raison de ses situations cocasses. La saison dernière, le Théâtre de Châteauguay avait également opté pour une pièce de Foster avec Un week-end d’enfer, également mise en scène par Alain Zouvi. Cette fois, dans L’homme accessoire, que l’on pourrait qualifier de comédie dramatique, on verra que certains peuvent faire preuve d’originalité quand vient le temps de planifier un divorce... surtout lorsque l’on veut faire porter l’odieux de la chose à sa conjointe.

Plan machiavélique

C’est le cas de Maurice, homme d’affaires­­­ bien nanti personnifié par Jean Petitclerc, qui a une aventure avec sa maîtresse Sabrine, interprétée par Julie Ménard. Il aime sa nouvelle flamme et voudrait bien poursuivre sa vie avec elle et divorcer avec sa femme. « Sabrine est en politique et il ne faut pas nuire à sa carrière », explique le comédien Jean Petitclerc, qui prend part à une pièce au Théâtre de Châteauguay pour la deuxième fois.

Son plan : faire en sorte que sa femme le trompe lors d’un week-end afin de demander le divorce de façon honorable.

Pour réaliser son plan, Maurice fera appel à son employé des plus dévoués afin d’organiser une rencontre avec sa femme Liliane (France Pilotte) et la séduire. C’est donc Mario (Pierre-Alexandre Fortin) qui deviendra l’homme accessoire. S’il parvient à relever son pari, Mario aura droit à une importante promotion et Maurice ­pourra accuser sa femme d’adultère après l’avoir surprise en flagrant délit.

« En plus, l’homme d’affaires détient une chaîne de magasins d’accessoires pour hommes, souligne Jean Petitclerc à propos de son personnage. Du même coup, on fait un clin d’œil à l’homme accessoire. »

Plusieurs rebondissements

La pièce est campée dans une maison de campagne, où sera planifié le fameux adultère, qui devrait se dérouler durant un week-end. « Rien ne se passera comme prévu », annonce d’emblée le comédien. Il faut donc prévoir plusieurs rebondissements typiques des pièces de Foster.

Déjà, on apprend que Mario est un homme des plus naïfs. Quant à Liliane, elle est véritablement amoureuse de son ami. Les spectateurs devraient assister à une foule de confidences de la part de la femme trompée.

En plus de prendre part à cette pièce estivale, l’acteur Jean Petitclerc fait parallèlement un retour dans la pièce Backstage au Théâtre de la ­Marjolaine, cette fois en version cabaret les ­dimanches et lundis soir. Le comédien est également en tournage pour les prochaines saisons des séries télé Mémoires vives, L’heure bleue et Ruptures.

Divorcer à tout prix

  • Auteur : Norm Foster
  • Metteur en scène : Alain Zouvi
  • Distribution : Jean Petitclerc, Pierre-Alexandre Fortin, France Pilotte et Julie Ménard
  • À l’affiche jusqu’au 26 août
  • Au Pavillon de l’île à Châteauguay