/weekend
Navigation

Du roman au petit écran

Coup d'oeil sur cet article

Toute bonne série commence par une bonne histoire. Récemment, plusieurs d’entre elles ont pris naissance entre les pages d’un livre. Si les vacances sont l’occasion de faire un peu de rattrapage télé, c’est aussi le moment idéal de se mettre à la page avec un bon livre et, qui sait, s’amuser à faire le jeu des comparaisons. Voici 10 histoires qui sont passées du roman au petit écran.

13 Reasons Why ­­- Jay Asher

Photo courtoisie

Avant d’être la série sur Netflix qui a fait couler beaucoup d’encre, Thirteen Reasons Why était le premier roman du Californien Jay Asher, publié en 2007. Le livre, bien que destiné à un public adolescent, s’est rapidement hissé au sommet des palmarès (du New York Times et du USA Today notamment) et s’est vendu à près de 3 millions d’exemplaires. Dès 2011, Universal Pictures en avait acquis les droits, souhaitant en faire un film avec Selena Gomez. Le projet a avorté, mais 4 ans plus tard, Gomez est devenue la productrice d’une série sur Netflix­­­ abordant de front le suicide d’une adolescente qui laisse derrière elle des cassettes expliquant son geste. La série a été lancée ce printemps sur fond de polémique, polarisant la population en raison de son sujet cru et d’une scène explicite. Si les jeunes plus vulnérables doivent pouvoir en parler ou regarder la série avec leurs parents, il ne faut pas se mettre la tête dans le sable. 13 Reasons­­­ Why est actuelle, pousse à la réflexion, à la discussion.

Victor Lessard ­­- Martin Michaud

Photo courtoisie

Lancée sur Club Illico en mars dernier, la première saison de cette série policière est adaptée du polar Je me souviens, troisième roman de la série des Victor Lessard de l’auteur Martin Michaud. On y suit les aventures des enquêteurs Victor Lessard (Patrice Robitaille) et Jacinthe Taillon (Julie Le Breton) qui tentent d’élucider une série de meurtres sordides aux ramifications complexes. D’une grande efficacité, les 10 épisodes de la série réalisés par Patrice Sauvé (La vie, la vie) se regardent facilement en rafale. Une seconde saison tirée du quatrième roman de la série (Violence à l’origine) sera tournée cet automne.

Big Little Lies ­­- Liane Moriarty

Photo courtoisie

Après s’être fait un nom à Hollywood avec ses films Dallas Buyers Club et Wild, Jean-Marc Vallée a été recruté par Reese Witherspoon pour réaliser cette série de HBO adaptée du roman à succès de l’auteure australienne Liane Moriarty, paru en 2014. Big Little Lies nous plonge dans une riche banlieue de la côte californienne où une série d’événements dramatiques viennent bouleverser la vie en apparence tranquille de quatre mères de famille. La série de sept épisodes a connu un beau succès critique et populaire, au point où plusieurs réclament une seconde saison.

Game of Thrones ­­- George R.R. Martin

Photo courtoisie

Un des plus gros succès de la télévision des dernières années, Game of Thrones a su captiver des millions de spectateurs dans le monde avec ses intrigues complexes, ses personnages assoiffés de pouvoir et son univers fantastique aux allures moyenâgeuses. Mais cette populaire série de HBO, dont la très attendue septième saison sera diffusée à compter de demain, puise son inspiration dans une saga littéraire du même titre créée au début des années 1990 par l’auteur américain George R. R. Martin. Les romans de la série publiés jusqu’à maintenant ont été traduits dans une vingtaine de langues et se sont écoulés à plus de 30 millions d’exemplaires.

Anne et la maison aux ­pignons verts ­­- Lucy Maud Montgomery

Photo courtoisie

Toutes les filles de ma génération ont lu ou vu dans les années 1980 cette série mettant en vedette une jeune rouquine orpheline qui se retrouve à l’Île-du-Prince-Édouard, adoptée par un vieil homme et sa sœur pour les aider dans leurs corvées. Le hic est qu’ils croyaient adopter un garçon. Ce classique de la littérature canadienne de Lucy Maud Montgomery a été publié en 1908. Une nouvelle adaptation vient de voir le jour sur CBC et Netflix. Elle prendra l’affiche sur ARTV dès le 5 août à 21 h.

Un homme et son péché ­­- Claude-Henri Grignon

Photo courtoisie

S’il y a un classique de la littérature québécoise, c’est bien l’histoire de Séraphin et de la pauvre Donalda d’Un homme et son péché. Ces belles histoires de la municipalité de Sainte-Adèle ont connu des adaptations télévisuelles et cinématographiques qui ont conquis chaque fois un large public. Dans la version 2016-2017, l’auteur prolifique Gilles Desjardins s’est attaqué à l’œuvre de Claude-Henri Grignon, en conserve l’essence, se permettant quelques ­modernités ou remettant les pendules à l’heure. Une décision ­audacieuse qui, encore ­aujourd’hui, attire son million de téléspectateurs à Radio-­Canada.

The Handmaid’s Tale ­­- Margaret Atwood

Photo courtoisie

Margaret Atwood est une grande dame de notre littérature. C’est en 1985 qu’elle publie The Handmaid’s Tale, son roman le plus célèbre qui lui a valu le prix du Gouverneur général. La servante écarlate a fait l’objet d’un film américano-allemand en 1990, avant d’être adaptée au petit écran pour la chaîne Bravo. Atwood y dépeint un futur imaginaire que plusieurs comparent au protectionnisme et à la misogynie de Trump. Nous sommes dans un régime dystopique et mené par un régime totalitaire exclusivement masculin. Les femmes sont dépossédées de tout et contraintes à la soumission. Certaines, comme le personnage principal, sont transformées contre leur gré pour devenir des mères porteuses. La série connaît un brillant succès aux États-Unis comme au Canada (diffusée sur Bravo).

Dans mes yeux à moi ­­- Josélito Michaud

Photo courtoisie

Cet automne, Radio-­Canada présentera Olivier, une série réalisée par Claude Desrosiers et adaptée de l’œuvre de Josélito Michaud par Serge Boucher. La série, actuellement en tournage, suit le parcours d’un jeune ballotté d’une famille ­d’accueil à l’autre, de 5 à 18 ans.

Josélito avait écrit son récit inspiré d’un épisode de sa propre vie. Catherine Proulx-Lemay, Sébastien ­Ricard, Émilie Bibeau et Isabelle Vincent font partie de la distribution ainsi qu’un nouveau venu, Anthony Bouchard, dans le rôle-titre, un jeune plein de talent qui risque de nous émouvoir.

Riverdale ­­- Archie Comics

Photo courtoisie

Bon, ici, les œuvres télévisuelle et graphique sont à l’opposé, même si les références sont très claires. D’un côté, des comic books au trait classique de notre adolescence, plutôt bon enfant, sans scandale. On n’y brise aucun tabou, tout est beau et gentil, les parents n’ont pas à lire au-­dessus de l’épaule de leur jeune, c’est aseptisé. De l’autre, une série policière léchée et moderne diffusée sur la chaîne CW (Netflix), qui s’ouvre sur un meurtre et une histoire de sexe. Bien que Riverdale mette en vedette Archie, le sportif-musicien, Veronica et la douce Betty, Jughead est sans abri depuis que son père est motard et la famille Blossom cache des secrets plutôt délicats.

Cardinal ­­- Giles Blunt

Photo courtoisie

Giles Blunt est aussi un romancier canadien qui se spécialise dans les thrillers psychologiques. Parmi ses romans, six mettent en vedette l’enquêteur John Cardinal. L’action de Quarante mots pour la neige (Forty Words for Sorrow) se déroule dans le Nord ontarien, dont l’auteur est originaire, à Algonquin Bay où le corps d’une adolescente est découvert. Podz réalise la série dont la première saison a été un beau succès de CTV (plus de 1,3 million de téléspectateurs). Karine Vanasse y joue aux côtés de l’acteur américain Billy Campbell. Les saisons 2 et 3 ont été confirmées, marquant ainsi l’adaptation de deux nouveaux tomes de Blunt.