/news/politics
Navigation

Conseil de la fédération: l’ALENA au cœur des discussions

Coup d'oeil sur cet article

Les premiers ministres des provinces et territoires profiteront du Conseil de la fédération, qui se tient de lundi à mercredi à Edmonton, pour préparer leur stratégie en vue de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

« Le dossier le plus important, c’est celui de l’ALENA, avec les négociations qui vont débuter bientôt », confirme le porte-parole du premier ministre du Québec, Harold Fortin.

La rencontre sera notamment l’occasion de discuter « de la stratégie que tout le monde entend prendre pour pouvoir parler aux différents acteurs américains, que ce soit les gouverneurs, les syndicats ou les gens du milieu des affaires », ajoute-t-il.

Demandes américaines

Surtout que l’ouverture du Conseil de la fédération coïncidera avec le dépôt, lundi, des objectifs de négociations des États-Unis par le United States Trade Representative, l’agence chargée de conseiller le président américain sur les questions de négociations commerciales.

« Ça va être la position officielle du gouvernement américain, qui pour l’instant était très vague, souligne le vice-président, recherche, du C.D. Howe Institute, Daniel Schwanen. On va connaître leurs priorités. »

« Ça ne m’étonnerait pas du tout qu’ils demandent finalement accès à nos marchés qui sont présentement sous la gestion de l’offre », dit-il. Le Québec, avec ses quotas sur la volaille et la production laitière, serait particulièrement impacté.

Plusieurs absents

Le Conseil de la fédération s’ouvre toutefois sur un boycottage par trois importants groupes autochtones d’une rencontre prévue lundi avec les premiers ministres provinciaux. Selon Radio-Canada, l’Assemblée des Premières Nations, le Ralliement national des Métis et le regroupement inuit Tapiriit Kanatami exigent d’obtenir un statut égal au sein du Conseil de la fédération.

Philippe Couillard ratera également cette première journée en raison d’un conflit d’horaire.

Pour sa part, le nouveau premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, sera absent de la conférence estivale, puisqu’il doit être assermenté le 18 juillet prochain.

Constitution

Parmi les autres sujets qui devraient retenir l’attention à Edmonton, Philippe Couillard devrait aborder la légalisation du cannabis avec ses homologues provinciaux. Sans chercher à harmoniser complètement les réglementations, Québec veut s’assurer d’éviter de créer de trop grands « écarts » d’une juridiction à l’autre, explique Harold Fortin.

La rencontre sera également l’occasion pour le premier ministre québécois de promouvoir sa nouvelle démarche constitutionnelle auprès de ses collègues du reste du Canada. « Il va sûrement profiter de l’occasion pour parler de la politique d’affirmation », dit son porte-parole, sans apporter plus de précisions.