/slsj
Navigation

Chicoutimi-Nord: l’homme barricadé fait face à trois chefs d’accusation

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | Éric Lapointe, l’homme qui s’est barricadé dans sa résidence de Chicoutimi-Nord, dans la ville de Saguenay, cette fin de semaine, fait maintenant face à trois chefs d’accusation.

L’homme de 56 ans a été formellement accusé lundi midi de menaces de mort, d'avoir eu en sa possession une arme dans un dessein dangereux pour la paix publique et de s'être livré à des voies de fait contre les policiers de Saguenay.

«Mon client ne reconnaît pas les faits. C’est pourquoi nous avons plaidé non-coupable. Le dossier est reporté à demain [mardi], car je dois vérifier si j’ai des garanties nécessaires à soumettre au tribunal pour sa remise en liberté», a expliqué son avocate, Me Marie-Ève St-Cyr.

La police de Saguenay a reçu un appel samedi soir pour une chicane de voisin qui aurait dégénéré. Éric Lapointe aurait menacé sa voisine avec un couteau. Les policiers se sont donc rendus sur la rue Saint-Éphrem à Chicoutimi-Nord pour installer un périmètre de sécurité puisque l'homme s'était barricadé dans son appartement.

Il aurait lancé des canettes de bière et même des couteaux aux policiers pour ensuite se rendre aux autorités après quatre heures de négociations.

«La dame qui habite en bas de chez lui veut maintenant déménager», a mentionné un résident du secteur, Julien Tremblay.

«C’est déjà arrivé, il avait tiré sur une structure d’épuration des eaux. Il n’est pas malin par exemple», a ajouté le résident Raynald Tremblay.

Éric Lapointe n’en serait pas à ses premiers démêlés avec la justice. Il a notamment tiré du fusil sur les portes du palais de justice en 2002. Il sera de retour en cour demain matin.