/news/society
Navigation

Social.mom: une application pour sortir les mères de leur isolement

Audrey Poulin a lancé une application afin d'aider les mères à briser et sortir de leur isolement.
Photo Stevens LeBlanc Audrey Poulin a lancé une application afin d'aider les mères à briser et sortir de leur isolement.

Coup d'oeil sur cet article

Victime d’isolement lors de sa maternité, une mère de Shefford, à Bromont, a imaginé une application inspirée de Tinder et de Facebook afin de sortir les mamans de leur solitude. Un an et des poussières plus tard, le fruit de son imagination porte le nom de Social.mom, un réseau social destiné aux mères de famille.

«Je veux éviter aux mamans l’isolement, le post-partum ou la dépression», avoue Audrey Poulin, la fondatrice de Social.mom.

Audrey Poulin a lancé une application afin d'aider les mères à briser et sortir de leur isolement.
Photo Stevens LeBlanc

La maman de deux enfants s’est elle-même sentie isolée lors de sa maternité et aurait souhaité pouvoir compter sur un réseau, autre que sa famille, pour l’en sortir.  «Quand tu es maman, ça arrive que tu aies juste envie d’embarrer ton enfant et d’aller prendre une marche parce que tu es à bout. Ça nous est tous arrivé. D’avoir une plateforme où on peut discuter sans gêne et sans jugement. Trouver des mamans près de chez soi avec des enfants du même âge et se rencontrer», confie la femme d’affaires.

C’est ainsi que l’idée de créer une application jumelant le meilleur de Tinder et de Facebook, sans la «publicité abrutissante», a germé dans la tête de la comptable agréée de formation. Avec l’aide de son conjoint et d’un ami ingénieur, ils ont élaboré le concept qui est disponible gratuitement sur IOS et Androïd. Tous les trois ont abandonné leur carrière respective afin d’aider les mamans à sortir de l’isolement, un «fléau» de plus en plus répandu chez les «millenial moms», selon le couple.

«Beaucoup de littérature démontre que les nouvelles mamans souffrent d’isolement. Certaines avancent que 80 % des nouvelles mamans se sentent ou se sont senties isolées», expose David Proulx, qui s’est aussi lancé dans l’aventure. «Sur Facebook, tout le monde a l’air au-dessus de ses affaires, mais Social.mom est fait pour que les mamans soient vraies entre elles, se disent les vraies affaires», ajoute-t-il.

Audrey Poulin a lancé une application afin d'aider les mères à briser et sortir de leur isolement.
Photo Stevens LeBlanc

L’objectif, avec cette application, est donc d’inciter les mamans à «revenir à l’essentiel et de faire des activités ensemble». «Les mamans publient toujours des photos formidables et tu te dis mon doux, ça va bien, sa vie est l’fun. Puis, tu apprends trois semaines plus tard qu’elle est séparée, que c’est le chaos total dans sa famille», souligne Mme Poulin.

Jusqu’à maintenant, près de 4 000 mamans ont téléchargé l’application. Après s’être créé un compte, elles sont en mesure de voir les abonnés qui résident dans un rayon de 25 kilomètres de leur demeure. «Ils peuvent ajouter des amis, converser, publier des évènements. Nous sommes différents de Facebook parce que tu vois l’âge, le nombre d’enfants, les mamans près de toi et on a pris la peine de séparer les bons articles des trucs publicitaires, parce que les gens sont tannés», indique Mme Poulin qui souhaite recruter des blogueuses et ajouter des alertes concernant le rappel de certains produits, notamment. 

Le couple, et ses deux enfants, sillonne actuellement le Canada à bord d’un motorisé aux couleurs de l’application afin de le faire connaître. Ils ont puisé dans leurs économies afin de «vivre leur rêve». Après un arrêt à Halifax, et Moncton, il était à Québec, lundi, avant de prendre la direction d’Ottawa puis de l’Ouest, notamment, pour un périple de six semaines.

«On espère, pendant cette tournée, intéresser des investisseurs parce qu’on ne pourra pas vivre pendant 4 ans de nos économies», conclut le père de famille.