/sports/opinion/columnists
Navigation

À quand des balles rapides à 110 MPH?

L’espoir Michael Kopech, que les White Sox de Chicago ont notamment obtenu dans l’échange de Chris Sale aux Red Sox de Boston, a déjà lancé une balle à 105 milles à l’heure.
Photo afp L’espoir Michael Kopech, que les White Sox de Chicago ont notamment obtenu dans l’échange de Chris Sale aux Red Sox de Boston, a déjà lancé une balle à 105 milles à l’heure.

Coup d'oeil sur cet article

À bien regarder la tendance on peut penser que ce n’est qu’une question de temps !

Ce ne sont pas seulement les frappeurs qui semblent frapper la balle avec le plus de vélocité depuis les plus belles années de l’ère de la « marmite à potion magique », mais les lanceurs sont également en train d’atteindre des sommets en termes de vélocité de leurs tirs et rien ne porte à croire que ces lancers vont ralentir. Au contraire !

La semaine dernière, dans le cadre des festivités du match des étoiles, j’ai eu le privilège d’être à l’analyse pour le match des futurs espoirs du baseball majeur à TVA Sports avec Denis Casavant.

Comme c’est le cas chaque année, nous voyons, lors de ce match, des joueurs qui sont à quelques semaines (ou mois) d’avoir un impact sur leurs équipes des ligues majeures ou qui serviront de monnaie d’échange avant la date limite du 1er août.

Festival de balles de feu

Ce qui a le plus retenu mon attention lors de ce match, c’est le fait qu’aucun de ces lanceurs n’avait une balle rapide sous la barre des 95 milles à l’heure. Droitiers, gauchers, peu importe, c’était un festival de balles de feu provenant de ces jeunes prospects. Nous avons même eu droit à quelques lanceurs qui ont atteint 101 MPH !

J’ai joué 10 saisons professionnelles (1989-1999) et je n’ai jamais vu un lanceur atteindre 100 MPH. Je ne pense pas avoir vu 99 MPH non plus. Et les lanceurs qui lançaient à plus de 95 MPH ? On en voyait de temps en temps, mais c’était au plus un par équipe. Le tir le plus rapide que j’ai réussi dans ma vie était de 97 MPH. C’est arrivé une fois seulement et c’est probablement pourquoi je m’en souviens encore, mais le reste du temps je lançais de la balloune (selon les standards de 2017) à 93-94 MPH.

En 2000, la vitesse moyenne de la balle rapide dans les Ligues majeures était de 90,5 MPH. En 2008, elle était rendue à 91,8 MPH. Cette saison nous avons 93,6 MPH et au match des étoiles la rapide moyenne a atteint 96,5 !

Maddux aurait-il été repêché de nos jours ?

Les artilleurs lancent de plus en plus fort. Les dépisteurs n’ont pas d’autre choix que de suivre la tendance lorsqu’ils sont à la recherche de talents et j’ai bien peur qu’on regarde plus les chiffres sur le radar que la capacité de lancer et de retirer des frappeurs.

Dans le baseball d’aujour­d’hui, le lanceur membre du Panthéon Greg Maddux, et sa balle rapide de 87-88 MPH, ne serait pas repêché, pourtant, il a remporté 355 matchs en plus de quatre trophées Cy Young ainsi que huit participations au match des étoiles. On en aurait manqué un pas pire !