/news/consumer
Navigation

Rénover plutôt que s’amuser

Coup d'oeil sur cet article

Les caprices de dame Nature poussent les Québécois à s’occuper de leur maison plutôt que de partir en vacances. C’est du moins ce que ressentent les quincailliers qui savourent l’été avec joie tellement les affaires sont bonnes.

« Le mauvais temps, s’il ne pleut pas trop, est loin d’être mauvais pour les affaires en quincaillerie et centre de rénovation », observe Richard Darveau, président et chef de la direction de l’Association québécoise de la quincaillerie et des matériaux de construction, représentant plus de 1000 marchands, distributeurs et fabricants.

Pour lui, le constat est clair. « Les gens se disent qu’il ne fait pas assez beau pour aller en vacances, alors ils rénovent », résume-t-il.

Un constat bien différent pour les vendeurs de piscines qui vivent une baisse douloureuse de leurs ventes, mais qui refusent systématiquement d’en parler.

Maison

Un directeur d’une quincaillerie grande surface demandant de rester anonyme a lui aussi pu observer ce revirement de tendance.

« Tout ce qui est des BBQ, patio et camping est en légère baisse à date. Les gens se tournent vers la peinture et les meubles », a-t-il indiqué.

Selon lui, les vacanciers ayant 100 $ par semaine à consacrer aux loisirs se sentent obligés de dépenser ce montant durant leur temps libre. « Ce n’est pas catastrophique, j’ai peut-être perdu 1 % par-ci et par-là », a-t-il précisé.

Les Québécois risquent ainsi de continuer de se prévaloir du crédit d’impôt RénoVert puisque le programme a été prolongé jusqu’au 31 mars 2018. À ce jour, ils sont plus de 200 000 à avoir bénéficié de ce coup de pouce totalisant près de 300 M$.