/entertainment/stage
Navigation

Théâtre Beaumont Saint-Michel: un concierge très divertissant

Une comédie de qualité à Beaumont-Saint-Michel

Le concierge
Photo courtoisie Le comédien Sylvain Marcel, que l’on voit aux côtés de Mathieu Richard, qui personnifie un messager, déclenche les rires dans un rôle de concierge qui a plus d’un tour dans son sac.

Coup d'oeil sur cet article

Une comédie bien écrite, des mensonges et une situation propice à déclencher des éclats de rire, Le concierge possède tous les ingrédients que l’on doit retrouver dans une bonne pièce de théâtre d’été.

À l’affiche jusqu’au 2 septembre au Théâtre Beaumont Saint-Michel, la comédie française d’Éric Assous, adaptée et mise en scène par Michel Poirier, met en vedette une distribution de six comédiens, avec, en tête, Sylvain Marcel, Nathalie Mallette, Antoine Durand et Stéphanie Crête-Blais.

Le concierge, c’est l’histoire de Jean-Pierre qui, 20 ans après avoir largué sa conjointe pour une plus jeune, retourne la voir, sans le sou, pour lui quémander un boulot.

Le redoutable homme d’affaires qu’il était est fauché et aujourd’hui dans la rue.

Évelyne, qui dirige une petite boîte d’édition accepte, mais à deux conditions. Il ne devra jamais révéler qu’il a été son conjoint dans une autre vie et son boulot sera celui de concierge.

Une situation qui va permettre à cette femme qui a en encore beaucoup sur le cœur, même si 20 ans ont passé, d’assouvir sa vengeance à l’endroit de l’ex.

Les choses, évidemment, ne tourneront pas comme prévu, lorsque le concierge, témoin d’une situation, aura quelques cartes en main qui vont lui permettre d’avoir une certaine prise de contrôle.

À sa troisième présence consécutive dans le village de Beaumont-Saint-Michel, Nathalie Mallette est totalement à l’aise dans la peau d’Évelyne. On sent qu’elle est bien dans cet endroit et ça paraît, quelque part, dans son aisance sur les planches.

Dès son arrivée sur scène, penaud, piteux et avec une démarche nonchalante, Sylvain Marcel, le futur concierge, suscite les applaudissements de la foule.

Après un début hésitant, le comédien déploie lentement son jeu pour tout à coup devenir celui qui provoque les revirements et amène les situations loufoques.

Les vérités tombent

Tout comme Jonathan Gagnon, qui, dans le rôle de Gaétan, lecteur pour la maison d’édition, déclenche les rires à chacune de ses apparitions et un Antoine Durand, très bon, à titre de faire-valoir, dans le rôle de directeur des finances de la petite entreprise, amoureux de l’ex, et sur lequel le concierge détient un certain contrôle.

Typique des bonnes comédies de situation françaises, comme Le dîner de cons et Le prénom, Le concierge repose sur un texte bien écrit, où le spectateur, qui détient certains éléments des informations, anticipe et savoure, lorsqu’elles arrivent, les réactions des différents personnages.

La comédie ne tombe jamais dans le burlesque ou l’humour de mauvais goût, même si l’objet, somme toute, demeure léger.

La pièce se termine un peu dans une finale un tantinet hystérique, lorsque les vérités tombent, mais Le concierge s’avère être une réussite et très bon divertissement estival.

Le concierge est présenté du mardi au samedi, jusqu’au 2 septembre, au Théâtre Beaumont-Saint-Michel.