/entertainment/events
Navigation

Plein Art s’installe à Québec pour une 37e année

Christian Bégin est le porte-parole de l’événement

Martin Thivierge, directeur général de Plein Art, et l’animateur et comédien Christian Bégin, porte-parole de la 37e édition de cet événement qui débute le 1er août.
Photo Didier Debusschère Martin Thivierge, directeur général de Plein Art, et l’animateur et comédien Christian Bégin, porte-parole de la 37e édition de cet événement qui débute le 1er août.

Coup d'oeil sur cet article

La 37e édition de l’événement Plein Art regroupera 152 artisans, dont une vingtaine de nouveaux, qui démontreront leur savoir-faire, à partir du 1er août, sur les quais du bassin Louise.

Cette grande fête annuelle des métiers d’art, qui a accueilli 130 000 visiteurs, en 2016, se déploiera cette année sous le slogan «C’est beau rare».

Des joailliers, céramistes, ébénistes, couturiers et autres artisans présenteront leurs créations et partageront leur processus créatif avec les visiteurs.

Ils proviennent de partout au Québec et une dizaine d’artisans français seront présents à l’occasion d’un partenariat avec la Chambre régionale de métiers et de l’artisanat d’Île-de-France.

Pour Luc Delavigne, président du Conseil des métiers d’art du Québec qui organise l’événement, Plein Art est beaucoup plus qu’une foire commerciale.

« C’est un rendez-vous avec des gens d’ici, avec la culture québécoise, qui fait ce que nous sommes et avec des gens qui possèdent un savoir-faire et qui continuent de le faire évoluer ici au Québec. On ne va pas à Plein Art juste pour acheter quelque chose, mais aussi pour rencontrer des artisans d’art et discuter avec eux », a-t-il lancé, mardi, lors d’une conférence de presse.

Geste de résistance

Le comédien Christian Bégin, qui voit une filiation entre son travail de création et celui des artisans qui créent à partir de rien, a accepté d’être le porte-parole de cette 37e édition.

« Les artisans sont des résistants dans un monde où on essaie de plus en plus de tout standardiser ; la pensée, nos objets et ce qu’on mange. Lorsqu’on choisit d’acheter quelque chose à un artisan, c’est comme une façon de résister à ce mouvement-là de standardisation et d’édulcoration du monde, où on reproduit des choses en série, qui perdent leur sens finalement », a-t-il fait remarquer.

L’animateur de Curieux Bégin et de Y’a du monde à messe mentionne que ce geste d’acheter un produit fabriqué par un artisan, permet, en plus de créer un lien, de rappeler qu’il y a des gens qui exercent ces métiers.

« Il y a aussi quelqu’un qui a besoin de moi comme amoureux de l’objet pour en vivre. Ces gens sont aussi détenteur d’un savoir qui pourrait se perdre, s’ils n’étaient pas les gardiens de ces produits-là et si on faisait juste acheter des affaires qui sont anonymes » a-t-il ajouté, précisant que cette association était un match naturel pour la tête de cochon, le créateur et le résistant qu’il est.

Plein Art a choisi d’améliorer et de bonifier la formule des démonstrations avec les finissants des programmes DEC Techniques de métiers d’art offert par le Cégep Limoilou.

« Il va y avoir encore plus de démonstrations. C’est quelque chose de très prisé par les gens, parce que c’est l’occasion de comprendre tout ce que l’on veut savoir sur les différents métiers. »

Plein Art se déroulera du 1er au 13 août. L’entrée est gratuite et tous les détails sont en ligne à l’adresse metiersdart.ca.