/advertorial
Navigation

Diplômé en génie au Québec : quels sont les débouchés ?

Coup d'oeil sur cet article

Le Diplôme en Génie est probablement l'un des papiers les plus valorisants. Les débouchés sont nombreux, les rémunérations attractives et le taux d'emploi est élevé. Voici par l'exemple quelques possibilités de débouchés, des plus méconnues aux plus surprenantes, et un aperçu des différentes filières.

Première étape

Avant toute chose, il est bon de noter que décrocher un diplôme, aussi valable soit-il, ne garantit pas automatiquement de dénicher l'emploi rêvé. Il est important et souvent indispensable aux alumni de rejoindre un réseau de professionnels en ingénierie au Québec afin de bénéficier d'outils et de contacts porteurs.

Cette démarche permet de s'assurer un maximum d'entrevues, de contacts pour de futurs emplois et d'ententes pour des stages d’été, tout en profitant d'informations clés.

Jeunes diplômés, vous pourriez peut-être, par exemple, savoir que les secteurs du génie électrique, du génie chimique et du génie informatique sont nettement plus recruteurs de nos jours que ceux du génie civil, minier ou géologique.

L'épineux problème du Génie civil

Depuis ces trois dernières années, le hic dans le Génie civil est qu'il y a deux fois trop de diplômés pour le nombre de postes proposés, constate l’École de technologie supérieure (ÉTS).

Le problème est que le secteur pourrait rebondir à tout moment. Il inclut par exemple l'étude et les infrastructures liées aux séismes et aux crues, des problèmes qui risquent de se multiplier et demander des spécialistes de la question.

Autre atout du Génie civil au Québec : le pays doit faire face au problème de ses ponts vieillissants.

Un secteur méconnu, mais prometteur

Un secteur qui recrute activement et peut-être moins connu : le génie maritime. Il englobe :

  • les plages, jetées et quais
  • les structures portuaires
  • les estuaires
  • les écluses (le Saint-Laurent est le plus grand système de navigation au monde)
  • les structures flottantes
  • l'architecture navale
  • l'exploitation des marées

« Le secteur maritime est vraiment en demande, mais parfois méconnu des étudiants. Il gagnerait à être connu davantage puisque le taux de placement est pratiquement de 100 % pour presque tous nos programmes d’étude », mentionnait Isabelle Rioux-Beaupré, conseillère en communication à l’institut maritime du Québec, lors du dernier Salon de Rimouski en février.

La filière reine : Polytechnique

Avec plus de 45 757 diplômés, Polytechnique Montréal a formé près du quart des membres actuels de l'Ordre des ingénieurs du Québec. Certains parcours méritent de s'y arrêter et de s'en inspirer.

Parmi ceux-ci, la carrière d'Isabelle Courville est exemplaire. Son parcours exceptionnel a récemment incité l'Université de Montréal à lui attribuer un doctorat honoris causa, sur recommandation de Polytechnique Montréal.

Un parcours exemplaire

La présidente du Conseil d'administration de la Banque Laurentienne a été :

  • présidente d'Hydro-Québec Distribution
  • présidente d'Hydro-Québec TransÉnergie, division responsable de l'exploitation du réseau de transport d'électricité de l'entreprise
  • présidente du Groupe Grandes Entreprises de Bell Canada
  • présidente et chef de la direction du Groupe Bell Nordiq

En 2012, Isabelle Courville a été nommée par le magazine Fortune au palmarès des 50 femmes d'affaires les plus influentes (« 50 Most Powerful Women in Business »). À trois reprises, elle a figuré parmi les récipiendaires des Prix Top 100 des Canadiennes les plus influentes, remis par le Réseau des femmes exécutives. Diplômée en génie physique de Polytechnique Montréal en 1985 elle est également titulaire d'un diplôme en droit de l'Université McGill.

Vous aimez la conquête spatiale ?

Le saviez-vous ? Votre diplôme en Génie pourrait tout aussi bien vous conduire sur le chemin de la conquête des étoiles !

Diplômée en Génie mécanique de l'Université McGill, à Montréal, Jennifer Sidey est ainsi devenue en juillet 2017 la troisième femme astronaute de l'histoire canadienne.

Votre diplôme en Génie pourrait donc bien vous emmener sur Mars un jour !