/entertainment/movies
Navigation

«Crash test Aglaé»: un premier test pour le réalisateur québécois Éric Gravel

Son premier film en France sort en salles à compter de mercredi

Crash test Aglaé
Photo courtoisie La comédie Crash test Aglaé met en vedette Yolande Moreau, India Hair et Julie Depardieu.

Coup d'oeil sur cet article

En France, tous les espoirs sont permis pour Crash test Aglaé, le premier film du réalisateur québécois Éric Gravel. Portée par plusieurs critiques favorables, cette comédie mettant en vedette India Hair, Julie Depardieu et Yolande Moreau sort en salle mercredi.

Distribué par Le Pacte, le long- métrage atterrira dans 111 salles à travers la France. L’Agence France-Presse indique d’ailleurs que Crash test Aglaé « s’apparente au “feel-good movie” de l’été ».

« J’essaie de m’éloigner de toute la tempête... pour me protéger un peu, confie Éric Gravel au Journal. La sortie d’un film, c’est spécial. D’un côté, c’est excitant, mais d’un autre, c’est stressant. Surtout par rapport aux critiques. En France, des fois, c’est violent. »

D’après les critiques parues au cours des derniers jours, le diplômé en cinéma de l’Université Concordia peut dormir tranquille. Le Figaro qualifie son offrande de « brillante satire du monde du travail », Le Journal des femmes parle d’un « opus émouvant et captivant » et France 2 salue sa distribution.

Casse-gueule

Éric Gravel signe également le scénario de Crash test Aglaé, qui brosse le portrait d’une ouvrière (Hair) chargée de tester des voitures en cas d’accident. Quand l’usine où elle travaille est délocalisée en Inde, la jeune femme accepte d’y déménager pour garder son emploi, entraînant avec elle deux collègues (Depardieu et Moreau).

« Je voulais raconter l’histoire d’une héroïne, explique l’ancien réalisateur de bandes-annonces pour Super Écran. Je voulais faire une satire, une comédie noire... Les Français font très bien des films naturalistes. Je voulais faire quelque chose de différent, avec un certain décalage... Pour un premier film, c’est un peu casse-gueule ! »

Compétition

Crash test Aglaé paraît en même temps que deux superproductions américaines : Cars 3 et La planète des singes – Suprématie. Éric Gravel reconnaît qu’il s’agit d’adversaires de taille, mais il a bon espoir de pouvoir tirer son épingle du jeu.

« Les Français vont beaucoup voir leur propre cinéma. C’est une belle chance. Évidemment, les États-Unis dominent le box-office, mais ça demeure envisageable d’aller chercher des parts de marché intéressantes qui vont permettre au film d’exister. »

Bientôt au Québec ?

Doté d’un budget de 2,4 millions d’euros (3,5 M$ CAN), Crash test Aglaé a nécessité de 50 jours de tournage dans quatre pays différents en 2015. Pour le moment, aucune date de sortie n’est prévue au Québec. Éric Gravel souhaite évidemment un revirement de situation.

Le cinéaste, qui habite en France depuis 17 ans, a également commencé à écrire son prochain long-métrage.

« J’ai déposé un projet et j’ai reçu le feu vert des institutions. Ça fait énormément plaisir. J’ai écrit mon premier film sans aide financière. C’est extrêmement gratifiant de recevoir une subvention pour mon deuxième. C’est comme une validation. Ça vient confirmer que j’ai peut-être ma place dans ce milieu. »