/weekend
Navigation

La nouvelle Anne

Anne
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’Irlandaise Amybeth McNully a été choisie parmi 1889 jeunes filles pour incarner Anne Shirley dans Anne, la nouvelle adaptation télévisuelle du célèbre roman de Lucy Maud Montgomery, Anne... la maison aux pignons verts. En parlant avec l’adolescente de 15 ans, on comprend rapidement pourquoi elle s’est distinguée des autres candidates. Pétillante, elle répond aux questions avec aplomb, franchise et candeur. Entretien.

On connaît bien la première série inspirée d’Anne... la maison aux pignons verts. À quoi peut-on s’attendre d’Anne ?

On explore plus en profondeur sa vie avant qu’elle arrive à Green Gables. Se faire trimballer de foyer en foyer, de famille en famille... On montre à quel point c’était difficile pour elle et combien c’est extraordinaire qu’elle s’en soit sortie. On creuse tous les personnages, pas seulement celui d’Anne. Ça nous aide à comprendre pourquoi ils sont comme ils sont.

Connaissais-tu l’univers d’Anne ­Shirley avant de passer l’audition ?

Oui. J’avais lu le premier bouquin quand j’avais neuf ans.

Qu’en avais-tu pensé ?

Ça m’avait beaucoup plu. Anne était différente des personnages féminins des autres romans que j’avais lus.

La productrice et auteure d’Anne, Moira Walley-Beckett, qui a aussi scénarisé plusieurs épisodes de Breaking Bad, a déclaré qu’Anne est une icône féministe. Es-tu d’accord ?

Absolument. Anne n’avait pas peur de décrier les injustices, poser des ­questions et défier l’autorité quand tout le monde semblait se contenter d’une ­réponse comme : « Ça s’est toujours ­passé comme ça... »

Qu’as-tu en commun avec Anne ?

On aime la nature. On aime lire. On essaie toutes les deux de trouver notre place dans le monde. ­Malheureusement, je n’ai pas ses cheveux roux ­naturels. Je n’ai pas autant de taches de ­rousseur non plus. Et j’ai grandi dans un ­environnement plus douillet qu’elle.

Pourquoi une histoire comme celle d’Anne, qui a été publiée en 1908, résonne-t-elle toujours aussi fort en 2017 ?

Les thèmes qui sont abordés sont ­toujours d’actualité : la lutte pour ­l’égalité, le sexisme, l’intimidation, ­l’exclusion... Tout le monde a vécu quelque chose de semblable au moins une fois dans sa vie. C’est génial, parce qu’une petite fille de 7 ans peut ­s’identifier à Anne, au même titre qu’un homme de 60 ans.

Quel a été ton plus gros défi durant le tournage ?

Être loin de chez moi. C’était une chose à laquelle je n’étais pas habituée. J’ai ­trouvé ça difficile. Heureusement, je me suis fait de nouveaux amis. Ils m’ont aidée à traverser les périodes plus difficiles. Et tourner à des températures glaciales, c’était aussi nouveau pour moi ! J’ai dû m’y habituer.

Comment as-tu obtenu le rôle ?

Mon agente m’a décroché une audition. J’ai envoyé une vidéo aux producteurs, puis une deuxième, puis ils m’ont invitée au Canada. Au début, je pensais que ça allait être une autre audition, mais j’ai reçu un courriel qui disait : « Voudrais-tu participer à une aventure ? » Et cette aventure consistait à parler à des fleurs dans le jardin d’une demeure ! C’était ­débile ! C’est de loin l’audition la plus folle que j’ai jamais passée !

À quoi pensais-tu pendant cette ­curieuse séance d’improvisation ?

À laisser aller mon imagination. Ils ­voulaient me voir interagir avec les plantes, comme si j’étais en train de jouer dans une pièce de théâtre. C’était totalement irréel ! Après cette audition, ma tête était vidée.

Anne n’a pas seulement été diffusée à CBC au Canada. Depuis quelques mois, la série peut être vue à travers la planète sur Netflix. Comment as-tu réagi en apprenant la nouvelle ?

J’étais aux anges ! C’est toute une responsabilité d’avoir la chance de montrer mon portrait d’Anne au reste du monde.

Une suite est-elle prévue ?

Je ne sais pas ! Tout le monde me pose la question. J’espère que ce sera le cas.

► ICI ARTV présente Anne le samedi à 21 h. À compter du 5 août.

Top 3

Le roman de l’auteure canadienne Lucy Maud Montgomery a fait l’objet de plusieurs adaptations depuis sa parution en 1908. Voici trois incarnations marquantes d’Anne... la maison aux pignons verts.

1. Anne... la maison aux pignons verts (1985-1987)

Téléfilm canadien présenté à CBC mettant en vedette Megan Follows.

2. Anne aux pignons verts (1979)

Série animée japonaise (Akage no Ane) diffusée dans plusieurs pays asiatiques, ainsi qu’au Québec.

3. Les contes d’Avonlea (1990-1996)

Série du réseau CBC inspirée des autres romans de Lucy Maud ­Montgomery.