/news/society
Navigation

Un fleuron de l’éolien relance l’industrie

L’usine de pales d’éolienne LM Wind Power a connu un essor incroyable ces dernières années

A. Boulay LM Wind Power
Photo Pierre-Paul Biron Le succès de LM Wind Power, qui embauche 425 personnes à Gaspé, revêt une immense fierté pour le directeur général de l’usine, Alexandre Boulay. Le Gaspésien de 35 ans rêvait depuis longtemps de mettre sur pied une industrie avec un impact aussi important sur la région.

Coup d'oeil sur cet article

Dirigée par un jeune Gaspésien de 35 ans, l’usine de pales d’éolienne LM Wind Power pourrait bien être l’exemple parfait de ce qui sauvera la Gaspésie : une relève entrepreneuriale forte et à laquelle on fait confiance.

Depuis la fin de ses études en génie des matériaux à l’Université Laval en 2004, Alexandre Boulay n’avait qu’une chose en tête : revenir en Gaspésie et mettre sur pied une usine de pales d’éolienne.

Treize petites années plus tard, il est à la tête d’une des entreprises qui ont connu la plus forte croissance dans la province au cours des derniers mois, passant de 185 employés à 425 en moins d’un an.

Et ce n’est pas terminé. Lors de la visite du Journal, la réceptionniste n’en finissait plus d’accueillir des candidats venus pour une entrevue d’embauche. « C’est comme ça chaque jour ! » lance tout sourire le sympathique directeur de l’usine de Gaspé. « On se pince chaque matin en rentrant travailler. On n’avait jamais prévu devenir aussi gros aussi rapidement », ajoute-t-il, identifiant une constante pour expliquer le succès de LM Wind Power.

« L’équipe de direction, nous sommes tous des gens originaires de la Gaspésie qui ont dû s’exiler à un moment où l’autre, mais qui ont fait le choix de revenir pour s’investir dans le développement de notre région. »

« Un bulldozer »

Pour le maire de Gaspé, Daniel Côté, cette volonté des dirigeants de s’investir dans le développement régional a été le moteur du renouveau de la ville. L’élu ne tarit pas d’éloges envers l’entreprise.

« Alexandre Boulay est celui qui a ouvert la voie au développement économique de Gaspé. Un gros pourcentage de cet essor est imputable à son travail et à sa volonté de se développer à Gaspé. C’est un bulldozer », louange M. Côté, qui se réjouit de voir l’expertise éolienne de Gaspé parcourir le monde avec les pales de LM.

Malgré ce récent boom, Alexandre Boulay garde la tête bien froide. La Gaspésie a vu trop souvent ses grandes industries tomber à plat pour qu’il s’emporte.

« On les a tous vus, les échecs. Murdochville, Gaspésia, Smurfit-Stone, on a vu ce qui était arrivé et on va tout faire pour éviter que ça nous arrive. La clé pour nous est une croissance saine », affirme le dirigeant de l’entreprise qui est devenu une filiale du géant General Electric au printemps.

Sentiment d’appartenance

Pour atteindre cet objectif de saine gestion, LM Wind Power entend miser sur la rétention du personnel et sur un fort sentiment d’appartenance. Déjà en place, les horaires 2-2-3 permettent aux employés de profiter des charmes de la Gaspésie une semaine sur deux.

« Oui les salaires sont importants, mais c’est vraiment la qualité de vie et l’horaire de travail qui permet d’attirer encore plus de main-d’œuvre. Depuis un an, il y a 3000 emplois de disponibles de plus dans la région, ce qui est énorme. Il faut trouver des moyens de garder notre monde », confie le dirigeant qui, en marchant dans l’usine, salue tout le monde par son prénom.

« Il faut créer cet esprit de groupe-là pour que ça fonctionne. C’est notre plus grande fierté. »

 

Boom économique : Pénurie de logements à Gaspé

Portée notamment par le succès de l’entreprise LM Wind Power, la ville de Gaspé vit un essor important qui la place dans une situation si enviable que la municipalité est aux prises avec une pénurie de logements.

Daniel Côté ne s’en cache pas, jamais il n’aurait cru devoir gérer une situation du genre à Gaspé. « On a construit 110 unités en 2010 et, malgré ça, on en manque encore », lance le maire, tout sourire lorsqu’il parle du regain de vie qui fleurit dans la municipalité. « On travaille avec trois promoteurs en ce moment pour développer du logement locatif parce que les besoins sont criants et que ça commence à presser. »

Un beau problème

La situation devient urgente parce que la ville peine déjà à loger tous les travailleurs qui choisissent Gaspé alors que la situation de l’emploi continue à se développer, ce qui ne laisse pas entrevoir une baisse de la demande. Un beau problème pour le maire.

« Il y a des jobs en masse. Ce sont les employés qui ont l’embarras du choix en ce moment, et non l’inverse. Le taux de chômage en Gaspésie tourne autour de 12 % à 14 %, mais à Gaspé, même s’il n’y a pas de statistiques locales, j’estime qu’on est en bas de 5 % l’été », se réjouit M. Côté.

Qualité de vie

Cet heureux problème de développement vient, selon le maire, d’une vision qu’a eue la ville depuis une vingtaine d’années. Alors que certaines villes refusent d’investir dans des infrastructures améliorant la qualité de vie, Gaspé en a fait une priorité.

« C’est un peu de là que part le cercle de la revitalisation. Il faut créer un engouement, une envie de s’installer dans la région. Ce sont des millions qu’on investit oui, mais qui rapportent avec le temps. C’est le pari qui a été fait et qui a été payant », dit M. Côté, qui veut voir la « recette Gaspé » faire des petits.

« Je veux que ça ait un effet boule de neige. Si on peut partager certaines recettes de revitalisation, on est toujours prêt à le faire. »