/sports/opinion/columnists
Navigation

Une tornade dévastatrice frappe le lac Dumoulin

Coup d'oeil sur cet article

En juin dernier, la pourvoirie du lac Dumoulin, située au nord de La Tuque, a été le théâtre d’un événement naturel assez dévastateur. Une tornade a en effet détruit une partie du territoire.

Lors d’une visite pour un reportage de pêche à cette pourvoirie, le propriétaire, Ghislain Tardif, nous demandait si nous avions du temps pour visiter le site où la tornade avait frappé sur sa pourvoirie. Honnêtement, lorsqu’il m’a mentionné le mot tornade, j’étais surpris et sceptique. Quelques heures plus tard, comme le disait si bien un conteur célèbre, j’ai été confondu.

« Le 25 juin dernier, le site principal de la pourvoirie a été touché par des orages très violents, avec tonnerre et éclairs, sans oublier de fortes rafales de vent, indique le propriétaire. Nous avons eu peur à certains moments parce que la nature était vraiment déchaînée. Jamais nous ne nous serions doutés de ce qui nous attendait dans le secteur touché par la tornade. »

Le matin du 26, une excursion de pêche se dessine pour le secteur du lac Dumoulin. En tentant de se rendre sur place, les pêcheurs arrivent sur une scène de fin du monde.

« Les gens sont revenus en nous disant que la route d’accès était bloquée par des arbres. Nous avons alors cru que les vents violents avaient causé des dégâts. Une fois rendus sur place, nous avons bien compris que quelque chose de grave s’était produit. »

La désolation totale

Après avoir réussi à enlever les premiers arbres, les gens de la pourvoirie ont pu constater ce qui s’était vraiment passé.

« Lorsque nous sommes arrivés sur le sommet de la première butte, l’image qui s’offrait à nous était quasiment irréelle, commente Tardif. Des arbres matures avec 20 à 24 pouces à la base étaient couchés au sol, la tête d’autres avait été arrachée à 25-30 pieds du sol, certains étaient tordus sur eux-mêmes. Une force incroyable avait frappé. Nous avons alors compris, en constatant l’ampleur des dégâts, qu’une tornade était passée sur la pourvoirie. Sur une largeur de plus de 2000 pieds et sur une longueur de 7 à 8 kilomètres, tout était dévasté. Après avoir travaillé dix heures, à quatre hommes, avec des scies mécaniques et une pelle mécanique, nous avons fini par atteindre le bord du lac. Encore là, une surprise nous attendait. Tout ce que nous avons retrouvé de la chaloupe et du moteur, c’est l’anneau à l’avant de l’embarcation où nous passons la corde pour attacher les chaloupes. Malgré des recherches intensives, nous n’avons rien retrouvé. Si jamais cette tornade avait frappé le site principal de la pourvoirie, nous étions rayés de la carte. »

Chose certaine, pour avoir visité le site, je dois avouer qu’en 42 ans de reportages, je n’avais jamais vu un site aussi dévasté.