/news/education
Navigation

Ordre professionnel enseignant : la FAE fustige les jeunes libéraux

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) promet une fin de mandat «particulièrement pénible» au gouvernement Couillard si jamais il ramène l’idée d’un ordre professionnel enseignant, comme le feront les jeunes libéraux ce weekend.

Ce serait «l’équivalent d’une déclaration de guerre», a réagi le président de la FAE, Sylvain Mallette, en rappelant que les enseignants ont pour caractéristique commune d’être «tenaces».

Plus encore, croit M. Mallette, rouvrir ce débat reviendrait, pour le premier ministre, à désavouer publiquement son ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, qui n’a pas inclus cette proposition dans sa Politique de réussite éducative, dévoilée le 21 juin dernier.

Au printemps, le cabinet du ministre de l’Éducation avait aussi signalé au Journal que la création d’un ordre professionnel n’était «pas la priorité du jour» pour M. Proulx.

Un «faux débat»

Depuis l’échec d’une première tentative en 1979, la possibilité de mettre sur pied un ordre professionnel enseignant a refait les manchettes à plusieurs reprises, notamment au début des années 2000, lorsque l’Ontario s’est dotée d’une telle structure.

En 2003, le PLQ en avait fait une proposition formelle dans sa plateforme électorale. La CAQ a fait de même en 2012.

Les syndicats s’y sont toujours opposés. «C’est un faux débat», «un débat futile» selon M. Mallette, qui réclame plutôt davantage d’autonomie pour les enseignants.

Valoriser la profession

Au tour des jeunes libéraux de s’y intéresser, au terme d’une tournée dans les régions. «Beaucoup de jeunes nous dit qu’ils aimeraient qu’on valorise la profession de l’enseignant», a expliqué au Journal le président de la Commission-Jeunesse du PLQ, Jonathan Marleau.

«Les syndicats ont aussi leur agenda, ce qu’un ordre professionnel n’aurait pas», a fait valoir M. Marleau.

«Il est important de parler de valorisation de la profession enseignante, a commenté l’attachée de presse du ministre Proulx, Marie B. Deschamps. [...] Le ministre sera présent en fin de semaine et suivra les échanges de la Commission-Jeunesse.»

Le 35e Congrès-Jeunes du PLQ se déroulera à Lennoxville, samedi et dimanche.

«Il est navrant de voir les jeunes libéraux forcés de recycler les idées de la CAQ en raison du piètre bilan libéral en éducation», a réagi pour sa part le président de la Commission Relève de la CAQ (CRCAQ), Samuel Lemire.

«Où était la Commission-Jeunesse du Parti libéral quand le gouvernement de Philippe Couillard a imposé des compressions de 1,83 G$ qui ont privé les élèves de ressources ou de services», a questionné le président de la FAE, Sylvain Mallette.