/entertainment/movies
Navigation

Le nouveau film de Luc Picard lancera le Festival de cinéma de la ville de Québec

Les rois mongols sera présenté en première mondiale le 13 septembre

Le Festival de cinéma de la ville de Québec reste fidèle au cinéma québécois pour sa soirée d'ouverture et s'offre la première mondiale du drame Les rois mongols, le nouveau film de Luc Picard, pour lancer sa septième édition.
Photo Philippe Bosse / Echo Media 2016 Le Festival de cinéma de la ville de Québec reste fidèle au cinéma québécois pour sa soirée d'ouverture et s'offre la première mondiale du drame Les rois mongols, le nouveau film de Luc Picard, pour lancer sa septième édition.

Coup d'oeil sur cet article

Le Festival de cinéma de la ville de Québec reste fidèle au cinéma québécois pour sa soirée d'ouverture et s'offre la première mondiale du drame Les rois mongols, le nouveau film de Luc Picard, pour lancer sa septième édition.

Quatrième réalisation de Picard, Les rois mongols nous ramène à l'époque de la crise d'Octobre. On y suit quatre enfants qui, inspirés par l'actualité, prennent une femme en otage et s'enfuient avec elle pour éviter un placement dans des familles d'accueil.

Picard de même que les quatre jeunes acteurs Milya Corbeil-Gauvreau, Henri Picard (le fils de Luc), Anthony Bouchard et Alexis Guay paraderont sur le tapis rouge du FCVQ le soir de la première, le 13 septembre, au Palais Montcalm.

Pour les organisateurs du festival, offrir la case d'ouverture à un film québécois attendu pour l'automne est devenu incontournable. Au cours des dernières années, Mommy, Paul à Québec et Pays ont amorcé les festivités.

«C'est la tradition et c'est ce que les gens aiment», justifie le directeur de la programmation, Olivier Bilodeau.

Le filon à Tribeca

Les films québécois formeront encore le tiers de la programmation de longs métrages et au moins un ou deux d'entre eux se glisseront dans la compétition, selon Olivier Bilodeau, qui passera les deux prochaines semaines à relancer des distributeurs afin de compléter la grille horaire.

À quoi s'attendre pour 2017? Pas beaucoup de gros films qui font tourner les têtes comme le Juste la fin du monde de Xavier Dolan, affirme-t-il. «Le choix a quand même été difficile, car c'est une année de qualité dans les longs métrages.»

Cannes, dont la dernière édition n'a pas soulevé les passions, ne fournira pas autant de titres que l'an dernier. Le filon se trouve plutôt du côté du festival printanier de Tribeca, dans le sud de l'île de Manhattan, à New York.

«2017 a été une belle cuvée. Nous avons envoyé ma coordonnatrice Laura Rohard et sérieusement, ça va devenir un arrêt obligé dans notre tournée de festivals», révèle M. Bilodeau.

Le Dolan: oubliez ça

Pour ce qui est de Xavier Dolan, les chances de voir aboutir à Québec son premier film en anglais, The Death and Life of John F. Donovan, sont nulles, dit le programmateur. D'ailleurs, on ignore encore quand et où sera lancé ce film très attendu, à la distribution gorgée de vedettes de Hollywood (Harrington, Chastain, Portman...).

Olivier Bilodeau croit cependant qu'il serait possible d'attirer quelques vedettes du cinéma à Québec, étant donné que les dates du FCVQ et du Festival international du film de Toronto se chevaucheront.

«On pourrait avoir de belles surprises. On tente d'en convaincre quelques-uns qui seront à Toronto d'étirer leur séjour pour venir à Québec. Pour le moment, nous n'avons pas de réponse positive, mais nous n'avons pas de non catégorique.»

L'an dernier, le FCVQ avait accueilli l'actrice canadienne de renommée internationale Emily Van Camp lors de la présentation de Pays, de la Québécoise Chloé Robichaud.