/news/provincial
Navigation

Des punaises de lit qui prolifèrent

«Encore pire» avec Airbnb puisque les clients restent plus longtemps que dans les hôtels

Enfants à garde partagée, résidences de personnes âgées, restaurants, cinémas, bancs d’avion ou de transports en commun, les conditions de propagation de la punaise de lit sont innombrables, selon les experts. C’est pourquoi, chez Abat Extermination, on offre les tentes thermiques pour traiter les valises et tuer d’éventuelles punaises de lit attrapées lors d’un séjour à l’étranger. Sur la photo, Samuel Genest, DG chez Abat Extermination, s’affaire sur une valise.
Photos Jean-François Desgagnés Enfants à garde partagée, résidences de personnes âgées, restaurants, cinémas, bancs d’avion ou de transports en commun, les conditions de propagation de la punaise de lit sont innombrables, selon les experts. C’est pourquoi, chez Abat Extermination, on offre les tentes thermiques pour traiter les valises et tuer d’éventuelles punaises de lit attrapées lors d’un séjour à l’étranger. Sur la photo, Samuel Genest, DG chez Abat Extermination, s’affaire sur une valise.

Coup d'oeil sur cet article

La popularité grandissante des logements en location sur des sites comme Airbnb fait exploser la prolifération de punaises de lit, si bien que certains vacanciers ne ramèneront pas que des photos et des souvenirs de leur séjour...

Selon les informations recueillies par Le Journal, les exterminateurs de la région sont à l’œuvre dans près de 300 appartements, condos ou logements, surtout situés dans le Vieux-Québec, secteur prisé par les touristes. Il s’agit d’ailleurs de la plus importante période de l’année pour les compagnies d’extermination, qui jonglent avec « l’après-déménagement » et l’arrivée massive de touristes venus des quatre coins du globe, qui trimbalent parfois ces indésirables dans leurs valises.

« Souvent, sur AirBnb, les gens restent plus longtemps que dans un hôtel et c’est encore pire », mentionne Samuel Genest, directeur général chez Abat Extermination, précisant que les particuliers qui louent leur demeure ne procèdent pas nécessairement aux mêmes étapes de nettoyage que les hôteliers et n’utilisent pas les mêmes produits nettoyants.

En hausse depuis le 400e

Les punaises de lit ne font aucune discrimination. Ainsi, la propreté et le prix des lieux ne peuvent être de bons indicateurs pour ces petites bêtes qui se nourrissent exclusivement de sang humain. « On en retrouve souvent dans les grands hôtels, elles sont véhiculées beaucoup par le tourisme international », mentionne de son côté Jean-Philippe Tremblay, directeur chez Maheu & Maheu.

Une problématique qui est bien loin de s’améliorer à Québec depuis quelques années, selon les différentes entreprises d’extermination. « Depuis le 400e [anniversaire de la ville de Québec], on a vu une méga augmentation », précise l’expert, qui recommande aux voyageurs d’inspecter les lieux scrupuleusement, surtout les lits, avant de défaire les valises. « Il faut regarder les coutures, la tête de lit, les divans. Souvent, ce sont leurs excréments que l’on trouve en premier. Il s’agit de petites taches noires, qui ne partent pas au lavage », mentionne-t-il.

« L’après-déménagement »

Les semaines suivant la période de déménagements donnent aussi du fil à retordre aux exterminateurs, alors que certains ont traîné les insectes avec eux pendant que d’autres se sont installés dans un logement infesté. « Nous avons au moins 40 % plus de cas de punaises de lit que le reste de l’année », mentionne pour sa part Jean-François Moreau, exterminateur chez Extermination Plus. « Ça prend quelques semaines et même des fois jusqu’à trois mois avant que les gens réalisent qu’ils ont des punaises de lit », ajoute-t-il.

L’infestation de punaises de lit peut rapidement devenir exponentielle. Et la réputation de ces petites bestioles peut parfois nuire au travail des exterminateurs. « Si, par exemple, nous avons un logement infesté dans un immeuble à 16 appartements, ça peut rapidement devenir 16 problèmes. Mais on ne peut pas toujours aller vérifier les autres logements, puisque les propriétaires ne veulent pas que ça se sache, de peur de perdre leurs locataires », indique M. Genest.

Des bestioles qui piquent

Enfants à garde partagée, résidences de personnes âgées, restaurants, cinémas, bancs d’avion ou de transports en commun, les conditions de propagation de la punaise de lit sont innombrables, selon les experts. C’est pourquoi, chez Abat Extermination, on offre les tentes thermiques pour traiter les valises et tuer d’éventuelles punaises de lit attrapées lors d’un séjour à l’étranger. Sur la photo, Samuel Genest, DG chez Abat Extermination, s’affaire sur une valise.
Photo Jean-François Desgagnés

Les punaises de lit piquent souvent sur les avant-bras, près des aisselles ou dans le bas du dos. « Elles recherchent la chaleur et où la peau est un peu plus mince. Par exemple, si on dort avec le bras sous la taie d’oreiller, elles risquent de piquer le bras », ajoute l’exterminateur d’Abat Extermination, en précisant que les piqûres sont souvent regroupées et « en ligne droite ».

Comment les éviter

• Faites de l’ordre. Les punaises seront plus facilement repérables.

• Passez souvent l’aspirateur, y compris sous les lits et derrière la tête de lit.

• Installez une housse de protection antipunaise sur le matelas/sommier, disponible chez plusieurs compagnies d’extermination.

• Laver à 65 °C minimum les draps, oreillers, vêtements qui seraient entrés en contact avec les punaises.

• Les punaises meurent à -20 °C (pendant quatre jours d’affilée) et à plus de 65 °C. En hiver, laissez votre valise à l’extérieur pendant quelques jours, lors de temps froid, avant de la défaire.

• Installez des pièges à punaises. Certains sont très subtils et se cachent maintenant dans des multiprises électriques.

Reproduction rapide

Les punaises de lit se reproduisent à une vitesse extrêmement rapide :

• La punaise de lit (ci-bas) peut pondre entre 200 et 500 œufs pendant ses 10 à 12 mois de durée de vie.

• En 6 mois, une punaise de lit peut en produire 30 000 autres.

• En 9 mois, on est passé à des centaines de milliers. Un mâle peut s’accoupler avec une ou plusieurs femelles, et cela plusieurs fois par jour.