/news/currentevents
Navigation

Le nouveau système de sécurité prêt pour la rentrée à l'Université Laval

Le pavillon Alphonse-Marie-Parent de l'Université Laval
Photo d'archives Didier DEBUSSCHÈRE Le pavillon Alphonse-Marie-Parent de l'Université Laval

Coup d'oeil sur cet article

On n'entre plus comme on veut à la résidence étudiante du pavillon Alphonse-Marie-Parent de l'Université Laval.

Depuis la vague d'intrusions et d'agressions sexuelles dont ont été victimes des étudiantes en octobre dernier, un nouveau système de sécurité a été déployé. Il sera fin prêt pour la rentrée universitaire dans quelques semaines.

D'abord, les portes extérieures ont été munies d'un premier système de contrôle électronique. «Le résident a maintenant une puce électronique pour pouvoir accéder au pavillon», a expliqué Andrée-Anne Stewart, porte-parole de l'université.

Une fois dans le pavillon, il demeure impossible d'accéder aux cinq ailes où sont réparties les 1 000 chambres de la résidence. Les ascenseurs et les portes sont aussi munis de ce système de contrôle. Sans puce, on n'accède tout simplement pas aux étages. Dans certaines cages, on a même installé du grillage pour empêcher l'accès aux chambres. On a également ajouté 60 nouvelles caméras de surveillance.

L'implantation du système a coûté 240 000 $. On a tenté, dit-on, de rehausser la sécurité sans pour autant que les étudiants se sentent en prison. «Il faut conserver un équilibre, les étudiants nous ont dit qu'ils souhaitaient se sentir chez eux et ne pas se sentir emprisonnés, mais depuis les événements d'octobre, l'université a mis son pied à terre et a décidé de rehausser la sécurité», a précisé Mme Stewart.

Le pavillon Alphonse-Marie-Parent est la seule résidence étudiante sur le campus munie d'un tel système de sécurité, mais la direction de l'Université Laval compte l'implanter dans les trois autres pavillons où résident des étudiants.