/entertainment/shows
Navigation

Un party signé OneRepublic

Coup d'oeil sur cet article

La bombe OneRepublic a explosé mercredi, au Centre Vidéotron, faisant jaillir ses nombreux hits pop énergiques, quelques nouvelles pièces de l'album Oh My My à saveur électro, des reprises bien connue écrites par Ryan Tedder... et quelques confettis.

En grande forme, le groupe a déployé de nouveau ses couleurs et son énergie à la puissance dix sur Québec, deux ans après avoir été l'un des derniers groupes à jouer au Colisée.

Après une prestation enflammée de Fitz and The Tantrums, les quelques 7 000 fans étaient gonflés à bloc. Sous les frétillants stroboscopes et au son de lourds riffs de guitare, Ryan Tedder est apparu sur scène et a largué, dès le départ, Stop and Stare.

Un départ en force gâché par les quelques fausses notes de Tedder, sans doute causées par une sonorité inégale et franchement désagréable. La première chanson a semblé laborieuse, mais heureusement, tout s'est résorbé en quelques pièces.

Ce n'était rien pour empêcher la foule d'acclamer le groupe à tout rompre et de chanter en choeur Secrets, Kids, Good Life, qui complétaient un solide quatuor de départ.

«Si vous nous suivez sur les réseaux sociaux, vous savez qu'on adore Québec, et toute la province d'ailleurs. On est tous sur le même continent, mais vous êtes tellement plus "cool". On aime l'histoire, alors on vient de passer trois jours ici», a confié Ryan Tedder, avant des versions électrisantes de Better et Feel Again.

Réputé pour offrir des concerts visuellement attrayants, OneRepublic n'a pas sombré dans les extravagances cette fois-ci. Outre des jeux de lumières dignes de mention et des lasers multicolores qui créaient un univers visuel unique pour chacune des chansons, OneRepublic se produisait sous des projecteurs qui formaient un espèce de triangle, comme si les musiciens étaient sous un toit.

Beyoncé, Sheeran, Adele

Au fil des ans, Ryan Tedder a écrit de nombreux succès pour les plus grands artistes de la planète. «Je n'ai jamais voulu performer ces chansons avant cette tournée-ci», a-t-il confié.

C'est ainsi qu'il a offert un magnifique segment, où, assis à un piano dont une lumière bleue en dessinait les contours, s'est réapproprié Halo, de Beyoncé et Happier, d'Ed Sheeran. Il était accompagné du violoncelle de Kutzler.

L'accalmie s'est poursuivie avec la touchante Come Home, mais OneRepublic a brillamment fait repartir la machine avec I Lived. Le guitariste Zach Filkins a enflammé davantage la scène avec un solo flamenco, introduction à Apologize.

L'énergie pouvait encore s'élever d'un cran, avec la nouvelle If I Lose Myself, un véritable projectile électro qui a permis à Tedder de prendre un bain de foule dont il a eu de la difficulté à sortir.

OneRepublic en avait encore à donner. Counting Stars et quelques jets de pyrotechnie amorçaient le rappel. Ryan Tedder a livré avec tout le groupe la pièce co-écrite avec Adele, Rumour Has It, rejoint par Fitz and The Tantrums. Mais c'est Love Runs Out et sa pluie de confettis qui a scellé le triomphe, devant une foule rassasiée au centuple.

OneRepublic sera en spectacle vendredi au Centre Bell, à Montréal.