/entertainment/movies
Navigation

Le souvenir de Marie-Soleil demeure encore très présent

Coup d'oeil sur cet article

Même si 20 années ont passé depuis que l’actrice Marie-Soleil Tougas et le cinéaste Jean-Claude Lauzon ont perdu la vie dans un accident d’avion dans le Grand Nord québécois, Gregory Charles s’ennuie encore beaucoup de sa grande amie Marie-Soleil qu’il a eu la chance de côtoyer pendant de nombreuses années au petit écran et dans la vie de tous les jours. «Je pense encore très souvent à elle», admet-il en entrevue au Journal.

Gregory Charles se souvient comme si c’était hier du triste dimanche 10 août 1997. Ce jour-là, il y a exactement 20 ans, tout le Québec a été secoué en apprenant le décès tragique de la populaire actrice et animatrice Marie-Soleil Tougas, 27 ans, et de son conjoint, le talentueux cinéaste Jean-Claude Lauzon, 43 ans. L’accident est survenu alors que le couple effectuait un voyage de pêche dans la baie d’Ungava. Le petit avion Cessna que pilotait Lauzon s’est écrasé après avoir heurté une montagne et avoir pris en feu.

«J’étais dans ma voiture et j’ai entendu à la radio ce matin-là qu’il y avait eu un accident d’avion et que des personnalités connues étaient impliquées», raconte Gregory Charles, qui a coanimé pendant sept ans avec Marie-Soleil Tougas l’émission jeunesse Les Débrouillards et qui a aussi joué à ses côtés dans le populaire téléroman Chambres en ville. «Immédiatement, j’ai su dans ma tête que c’était Marie-Soleil. Je savais qu’elle était en voyage avec Jean-Claude et qu’ils étaient partis avec son avion. On s’était parlé avant qu’elle parte et on devait souper ensemble le lundi soir après son retour à Montréal. Il se passait plein de choses excitantes dans sa vie et elle voulait qu’on en parle.»

Quelques minutes après avoir entendu la nouvelle à la radio, Gregory Charles a reçu un coup de fil du père de Marie-Soleil Tougas: «Il m’a dit en peu de mots que c’était bien Marie-Soleil qui était décédée dans l’accident et qu’il ne sentait pas qu’il avait la force d’organiser des funérailles. Je lui ai tout de suite dit que j’allais m’en occuper», relate Gregory Charles, visiblement encore troublé par cette histoire.

«Ce n’était pas quelque chose que je souhaitais faire, mais j’étais content d’avoir le privilège de vivre ce moment-là. Marie-Soleil et moi, on s’est connus très jeunes. On a eu ensemble des questionnements sur la vie, les enfants, la famille, les chums et les blondes. Peu de temps avant l’accident, on était allés faire du parachute ensemble. C’est fou parce que quand j’ai appris sa mort, j’avais encore en tête les images de Marie-Soleil qui était au-dessus de moi dans notre chute libre et qui me disait: je te vois d’en haut. On a gardé ces images et on les a diffusées dans le cadre des funérailles.»

Chouchou du public

Marie-Soleil Tougas a conquis le cœur du public dès l’âge de 11 ans alors qu’elle faisait ses débuts comme comédienne dans le téléroman Peau de banane, en 1982. Devenant rapidement un chouchou des téléspectateurs québécois, elle a ensuite joué dans plusieurs séries à succès (dont Chop Suey et Ent’Cadieux), en plus d’animer les émissions Les Débrouillards et Fort Boyard. Elle s’est aussi beaucoup impliquée dans plusieurs campagnes de sensibilisation comme Éduc’alcool et la Fondation Enfant Soleil, dont elle a souvent animé le téléthon annuel.

«Dès ses débuts à la télévision, les gens ont adopté Marie-Soleil comme si c’était leur fille, indique l’auteur et chroniqueur Guy Fournier, qui l’a connue en travaillant avec elle sur son téléroman Peau de banane et qui est resté ami avec elle jusqu’à la fin.

«Elle avait un charisme extraordinaire et elle avait cette image de fille douce et attachante, autant à l’écran que dans la vie de tous les jours. C’était impossible de ne pas l’aimer.» Gregory Charles abonde dans le même sens: tout le monde aimait Marie-Soleil Tougas. «Marie-Soleil était belle, pure, talentueuse, authentique. Pour les gens plus âgés à l’époque, elle représentait le genre de fille que tout le monde aurait voulu avoir. Et pour les gens de ma génération, c’était la fille avec qui tout le monde voulait être ami. Elle était très populaire de plein de façons. C’était vraiment une fille exceptionnelle et une belle personne. J’aurais tellement aimé voir à quoi auraient ressemblé ses enfants. Encore aujourd’hui, je m’ennuie d’elle.»