/finance/business
Navigation

Icentia veut conquérir le Canada et l’Europe avec un électrocardiographe «novateur»

Coup d'oeil sur cet article

L’entreprise de Québec Icentia part à la conquête du Canada et de l’Europe où elle souhaite y commercialiser un électrocardiographe «novateur».

L’entreprise, qui développe des appareils médicaux et offre des services d’analyse médicale, a conçu le CardioSTAT, un électrocardiographe dont le format est à «usage unique».

«On le place sur le haut du torse. C’est hyper confortable, le patient peut prendre sa douche avec l’appareil qui effectue les enregistrements et lorsque c’est terminé, plutôt que de retourner à l’hôpital, le patient dépose l’appareil dans une enveloppe affranchie et le met à la poste», précise le président-directeur général de Icentia, Pierre Paquet. «Nous on le reçoit et nos techniciens effectuent les analyses du patient», ajoute celui qui avance que le temps d’attente des patients pour ce type de test se verra réduit. 

Si elle effectue une cinquantaine d’analyses quotidiennes pour des cliniques et des hôpitaux québécois et ontariens, l’entreprise a maintenant des visées canadiennes, européennes et même américaines à la suite du développement du CardioSTAT.

Icentia s’est d’ailleurs vu octroyer un prêt remboursable de 250 000 $ dans le cadre du Programme de développement économique du Québec du gouvernement fédéral afin de favoriser cette commercialisation.

«Actuellement, nous sommes en développement de stratégies pour l’Europe», avoue M. Paquet. «La majorité des produits médicaux sont développés aux États-Unis ou par certaines multinationales européennes, mais on vise avant tout les États-Unis comme marché donc les produits sont conçus pour un système de santé privé. Nous les Canadiens, on développe pour notre marché de santé publique et quand on arrive eu Europe, on a déjà des prix qui sont adaptés au système de santé publique», ajoute-t-il.

Le PDG de Icentia soutient qu’il s’agit là d’un avantage majeur par rapport à nos voisins du Sud qui sont les principaux compétiteurs en la matière. M. Paquet soutient que la plus grande difficulté concernant la mise en marché consiste à convaincre les médecins et les administrateurs de la valeur ajoutée du produit.

«C’est plus une difficulté de mise en marché. De convaincre les médecins qu’il y a une valeur ajoutée au niveau clinique et ensuite de convaincre les administrateurs qu’il y a une valeur ajoutée au niveau financier. [...] S’il y a des vies de sauvées et de l’argent de sauvé, habituellement ça va bien», lance M. Paquet.

Le CardioSTAT est de conception 100 % canadienne et son développement a été appuyé par l’Institut de cardiologie et de pneumologie de Québec.