/opinion/columnists
Navigation

La guerre se rapproche

La guerre se rapproche
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les responsables autour de Donald Trump tentent de minimiser la portée de ses déclarations incendiaires sur la Corée du Nord. Mais hier, Trump est allé encore plus loin. Cette fois, il a dit que sa déclaration où il avertissait les Nord-Coréens qu’il ferait pleuvoir sur eux « le feu et la fureur » « n’allait pas assez loin ». « Il est temps que quelqu’un se tienne debout face à eux. » Cependant, ajoute Trump, les États-Unis sont toujours ouverts à la négociation.

Le plus inquiétant dans toute cette histoire est que Trump tient le même discours sur la Corée du Nord depuis 20 ans. Et maintenant il est le Commandant en chef des armées.

1. La négociation entre les deux pays est-elle toujours possible ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la Corée du Nord n’a pas tout à fait renoncé à mettre son armement atomique sur la table de négociation. Elle se dit prête à une telle négociation si les États-Unis cessent de menacer Pyongyang. Cela implique la fermeture des bases américaines en Corée du Sud et la fin des entraînements militaires conjoints avec l’armée sud-coréenne. Se débarrasser de la présence américaine en Corée du Sud serait une sacrée bonne aubaine... Pour la Chine et pour la Russie.

2. Qu’est-ce que la Corée du Nord espère gagner avec son armement nucléaire ?

L’armement nucléaire de la Corée du Nord constitue un formidable argument de négociation. Plus les jours passent, plus la force nucléaire de Pyongyang augmente, plus le gouvernement nord-coréen peut exiger un prix élevé pour son démantèlement. Qu’il s’agisse d’aide financière, de transferts technologiques, ou de demandes d’ouverture de marchés, tout sera jaugé à l’aulne du stock d’armements nucléaires existant. S’il n’y a pas de négociations, alors la Corée du Nord aura sanctuarisé son territoire, c’est-à-dire qu’elle pourra infliger à un éventuel adversaire des dommages militaires considérables qui, sans l’anéantir, lui feront suffisamment mal pour qu’il hésite à attaquer. Bien plus, une fois en place, l’armement atomique permet d’économiser de l’argent, puisqu’il n’est plus nécessaire d’entretenir une armée considérable pour protéger le pays.

3. Qu’est-ce que les États-Unis espèrent gagner en désarmant la Corée du Nord ?

Les États-Unis pourraient montrer qu’ils sont toujours les maîtres du grand jeu de la stratégie mondiale. Ils prouveraient qu’ils demeurent d’excellents alliés. Ils continueraient à vendre leurs armements à travers le monde avec facilité. Les militaires américains demeureraient probablement encore en Corée du Sud, ce qui avantagerait les États-Unis.

4. Un changement de régime en Corée du Nord est-il possible ?

Le régime nord-coréen est à ce point opaque qu’il est difficile d’écarter complètement cette hypothèse. Elle paraît cependant improbable. D’abord parce que les Nord-Coréens ont le cerveau complètement lessivé par une propagande qui leur fait littéralement croire que Kim Jong-un est un demi-dieu. Ensuite parce que les militaires sont sûrement très contents de leurs nouveaux joujoux atomiques, ce qui devrait les inciter à appuyer davantage leur bien adoré leader. Enfin, le niveau de vie de la population semble s’être légèrement amélioré depuis quelques années.

5. Qu’arriverait-il en cas de guerre ?

Personne ne le sait très bien. Cette guerre serait probablement régionale. Mais il est possible que la Chine décide de s’impliquer. Le conflit risquerait de devenir mondial. Heureusement, malgré ses traités d’alliance, la Chine semble peu encline à défendre la Corée du Nord, du moins dans un premier temps.