/opinion/blogs
Navigation

Lumineux Porgy and Bess au Stade olympique

Lumineux Porgy and Bess au Stade olympique

Coup d'oeil sur cet article

Hier soir, l’orchestre symphonique de Montréal sous la direction de Kent Nagano ouvrait sa virée classique. Pour ce 375e anniversaire de Montréal, un hommage bien, mérité fut rendu à certains grands acteurs de la communauté noire de notre ville, et, les migrants furent aussi invités à cette célébration. Ce geste de compassion allait très bien avec la présentation du célèbre opéra de George Gershwin : Porgy and Bess, monument de la musique américaine qui a donné au jazz, des plus beaux standards. Plutôt que des quatres heures habituelles, ce qui aurait été impensable, nous avons eu droit aux « tubes » : «  Summertime,

My Man’s Gown now, Bess, You is My Woman Now, I Got’ Plenty O ‘Nuttin ».


Une superbe distribution

Entre l’opéra et le jazz, Porgy and Bess est un morceau de choix pour les interprètes. De Kent Nagano, et sa formation, nous avons que des bons mots, à dire. Gorgé de swing, attentif, l’OSM brillait de mille feux comme l’étonnant Will Liverman (Porgy), Janai Brugger (Clara) qui interpréta un émouvant Summertime, la rapprochant de la divine Sarah Vaughan et, la soprano Marie-Josée-Lord, un peu trop «  opératique  », mais qui passait le cap. Le plus surprenant personnage du concert fut sans contredit, Gardy Fury, dans le rôle du mauvais garçon (Sportin’ Life). Cabotin à souhait, il avait des intonations de Sammy Davis Jr, et plus encore, il imprimait un swing dont Gershwin aurait été certainement fier. Une soirée réussie sous un ciel radieux... Finalement !