/lifestyle/books
Navigation

Une double famille

Ces liens qui nous séparent
Ann Brashares
Éditions Gallimard Jeunesse
338 pages, dès 13 ans
Photo courtoisie Ces liens qui nous séparent Ann Brashares Éditions Gallimard Jeunesse 338 pages, dès 13 ans

Coup d'oeil sur cet article

Ray et Sasha ont tous deux 17 ans et ils partagent la même famille... ou pas tout à fait, ça dépend du point de vue ! Puisque, dans les faits, ils ne se sont jamais rencontrés. Avec eux, rien n’est simple : ils ont trois sœurs, mais chacun deux parents différents. À tour de rôle, Ray et Sasha se partagent une chambre dans une maison de vacances. Lorsque leurs chemins finissent par se croiser, une tempête d’émotions s’abat sur leurs familles...

L’auteure Ann Brashares n’est ­certainement plus une inconnue dans le milieu. Sa série Quatre filles et un jean a connu un succès monstre et s’est vue transposée au grand écran dans non pas un, mais deux films (et peut-être même trois un jour. Les actrices le souhaitent plus que tout). Du coup, un nouveau roman de sa part ne passe jamais inaperçu.

Son nouvel ouvrage, Ces liens qui nous séparent, se veut peut-être plus dramatique que sa série à succès, mais il ne perd aucunement le côté ­rassembleur qu’on lui connaît. Sa plume et ses idées se veulent toujours aussi universelles. Avec cette histoire d’une grande famille qui n’en est pas tout à fait une, Ann Brashares nous transporte dans un univers avec lequel seule l’époque moderne est familière : les familles éclatées et ­reconstituées. On doit tout de même avouer que celle de son roman est assez ­particulière. Emma, Quinn et Mattie sont les filles de Lila et Robert. Après leur ­séparation, ils ont chacun eu un enfant : Ray est le fils de Lila et Sasha est la fille de Robert. Les deux clans font tout en leur pouvoir pour que les adolescents ne soient jamais dans la même pièce, mais chacun apprend à connaître l’autre à travers les histoires des trois sœurs qu’ils se partagent. Une intrigue fort ­originale et bien ­pensée qui se développe ­devant nos yeux à travers chacun des ­personnages de cette grande famille !

Davantage un roman d’ambiance, Ces liens qui nous séparent est une lecture légère, mais qui porte également à réflexion sur la façon dont les gens se traitent entre eux. Un livre qui traînera peut-être plusieurs semaines sur la table de chevet, mais dont tout le monde voudra connaître le dénouement. Un vrai petit charme qui nous serre le cœur et nous libère, à la fois !

À LIRE AUSSI

Les moustiques

Jocelyn Boisvert
Soulières Éditeur
122 pages, dès 11 ans
Photo courtoisie
Jocelyn Boisvert Soulières Éditeur 122 pages, dès 11 ans

 

Que tous ceux qui n’aiment pas les moustiques lèvent la main ! Honnêtement, est-ce que quelqu’un garderait ses mains cachées à cette question ? Eh bien, ­certainement pas après la lecture de ce ­roman d’épouvante québécois ! Maxence et sa sœur Emma sont plus ou moins heureux de passer leurs vacances estivales à Ronde-Vallée, un petit village perdu au milieu de nulle part. Ils sont loin de retrouver le sourire lorsque des moustiques géants, tuant tous les ­malheureux qui se trouvent sur leur passage, ­envahissent le centre-ville ! Ayant promis à ses parents de surveiller sa sœur, Maxence fera tout pour qu’ils s’en sortent vivants. Un thriller court, mais efficace. Son intrigue parvient avec brio à captiver petits et grands. À lire absolument en été !

Parc Safari : À pas de louve

Emmanuel Lauzon
Les éditions de la Bagnole
130 pages, dès 7 ans
Photo courtoisie
Emmanuel Lauzon Les éditions de la Bagnole 130 pages, dès 7 ans

 

Cet été, les enfants et les amoureux des animaux, peu importe leur âge, peuvent faire la rencontre de deux résidents du Parc Safari et vivre leurs ­aventures à travers de petits documentaires ­informatifs, divertissants et romancés. Akiak la louve arctique et Jeannot l’éléphant d’Afrique racontent à leur façon leur quotidien au zoo, mais aussi leur petite histoire et ce qui les a menés jusqu’au Parc Safari. Par exemple, Akiak y est née en 2007 et y vit toujours en compagnie de quatre autres loups arctiques. De petites capsules humoristiques et éducatives accompagnent chacun des récits, ainsi qu’un album photo complet des animaux dans leur environnement. À noter : les illustrations sont une réalisation de Tristan Demers, alors on ne peut ­certainement pas se tromper !

Princesse Lila et le château en chantier

Anne Paradis, illustrations 
de Karina Dupuis
Éditions Chouette
40 pages, dès 3 ans
Photo courtoisie
Anne Paradis, illustrations de Karina Dupuis Éditions Chouette 40 pages, dès 3 ans

 

Petit album tout à fait enchanteur avec des ­illustrations simplement charmantes. La princesse Lila, elle en a dedans, comme on pourrait dire ! Même si elle mène une vie digne d’une princesse au château familial, elle rêve de pouvoir sortir du royaume pour découvrir ce que le reste du monde lui réserve. Cependant, ses parents refusent qu’elle s’aventure dans la forêt dangereuse, peuplée de bêtes mystérieuses de toutes sortes. Ne perdant pas espoir, la fillette décide de construire une immense tour, plus haute que la cime des arbres de la forêt, qui lui permettra de voir au-delà de son royaume. Trouvera-t-elle enfin un ami, une fois son projet réalisé ? Une belle histoire de persévérance et de détermination.