/weekend
Navigation

Montréal en cinq saisons musicales

Coup d'oeil sur cet article

Il y a deux ans et demi, le producteur Nicolas Lemieux, de l’étiquette GSI Musique, a eu une idée plutôt ambitieuse : demander à cinq réalisateurs chevronnés de composer chacun 15 minutes de musique inspirée par les saisons de Montréal. Alex McMahon (le printemps), DJ Champion (l’été), Marc Pérusse (l’automne), Éloi Painchaud (l’hiver) et James Di Salvio (saison imaginaire) ont accepté de relever le défi.

Au bout du fil, Nicolas Lemieux le ­reconnaît sans hésiter. Le projet de ­l’album 5 X 15 était « un peu fou ». « Les gens me disaient que ça n’avait pas de bon sens lorsque je leur parlais de mon idée. Ce n’était pas évident à exprimer au départ. »

C’est à l’approche du 375e anniversaire de Montréal que Nicolas Lemieux souhaitait marquer le coup avec un album concept. C’est en travaillant sur le spectacle de Montréal Symphonique qu’il a eu l’idée des cinq saisons. « Je voulais faire quelque chose hors des sentiers battus, un projet éclaté et différent de ce qu’on voit d’habitude sur un disque. »

C’est aussi dans le but de mettre en lumière le travail de cinq artisans qui œuvrent souvent dans l’ombre que le ­producteur a approché les réalisateurs. « J’ai vraiment regardé pour des réalisatrices, mais je n’en ai pas trouvé », mentionne-t-il.

Quelques conditions

Aux cinq réalisateurs choisis, il a imposé quelques conditions. D’abord, l’œuvre musicale de chaque réalisateur devait durer 15 minutes exactement, pas une seconde de plus ou de moins. Ensuite, la thématique générale devait parler de Montréal, de son côté ouvert et multiculturel. Chaque réalisateur devait aussi avoir un artiste invité connu.

Alex McMahon a ainsi fait appel à Yann Perreau et Radio Radio. DJ Champion a travaillé avec M-Mo, Face-T et ILAM. Marc Pérusse a collaboré avec Daniel Lavoie, Alexandre Désilets et Andréanne Alain. Éloi Painchaud a demandé à Antoine Gratton, Frédéric Demers et Jorane de l’épauler. Enfin, James Di Salvio a contacté Billy Eff Williams, Jenny Salgado et Diane Dufresne pour sa portion.

Avec ce projet de 5 X 15, Nicolas Lemieux espère présenter, d’ici deux ans, un concert unique regroupant les cinq réalisateurs. « J’aimerais le faire dans un festival », indique-t-il.

♦ L’album 5 X 15, avec Alex McMahon, DJ Champion, Marc Pérusse, Éloi Painchaud et James Di Salvio, est présentement sur le marché. Le livret du disque comprend aussi de courts poèmes signés David Goudreault, Anaïs Barbeau-Lavalette, Michel Tremblay, Kim Thúy et Dany Laferrière.

Ce qu’ils ont dit

Alex McMahon : « Ç’a été un super beau projet, mais aussi très angoissant. Je devais ­m’exprimer sur le printemps. Cette saison est, pour moi, la plus folle à Montréal. Les Montréalais deviennent fous. Les terrasses ouvrent, les mini­jupes sortent. C’est vraiment là que le Montréalais s’exprime le plus. Comme invités vocaux, Yann Perreau et Radio Radio sont venus chanter et déclamer de la poésie. Il y a aussi mon petit garçon dans son printemps qui déclame de la poésie quand la glace dégèle. C’est vraiment un beau défi dont je suis fier. »

Marc Pérusse : « J’ai abordé le projet le plus ­simplement possible. J’ai essayé de garder les sujets près de moi, de mon automne 2016. De la première chanson, qui se veut un instantané du chemin de l’école que ­j’emprunte tous les matins avec ma fille Chloé sur le Plateau-Mont-Royal, à un survol fictif du Mont-Royal et ses couleurs d’automne, en passant par une dérive entre des stations de métro et attendre une femme qui n’arrivera plus. [...] C’est un automne à Montréal vu d’en dedans. »

Éloi Painchaud : « J’ai abordé le projet de manière très spontanée. La simple présence de collaborateurs comme Antoine ­Gratton et Jorane, qui cosignent la pièce Hiver-Nation, assurait un point de départ solide. [...] Montréal possède un groove; le nombre de festivités culturelles est ahurissant. La musique est un espace de jeu extraordinaire et un langage hyper rassembleur pour s’exprimer ici. C’est le début d’une curiosité d’un quartier à l’autre, l’ouverture sur telle et telle communauté. Montréal est un carrefour artistique important et on s’y sent libre. »