/sports/football/rougeetor
Navigation

Milo sur un nouveau terrain

Roughriders de la Saskatchewan
Photo d'archives, AFP Christopher Milo (19)

Coup d'oeil sur cet article

Christopher Milo a effectué sa première assignation, samedi, à l’occasion du match entre le Rouge et Or et le Vert & Or.

Embauché par les Eskimos d’Edmonton il y a quelques jours comme recruteur au Québec, l’ancien botteur des Roughriders de la Saskatchewan et du Rouge et Noir d’Ottawa est ravi de la tournure des événements, même s’il aurait préféré un retour entre les lignes blanches.

« Peu importe le rôle, je voulais rester associé au football, a-t-il raconté. Comme recruteur, ça va me permettre d’apprendre la business du football et de gravir les échelons dans le but de réaliser mon rêve de devenir directeur général. Le rêve de jouer dans la LCF quand j’étais petit gars reprend. »

En pays de connaissance

L’appel du directeur-gérant et vice-président des opérations football Brock Sunderland n’a pas surpris Milo.

« On se connaît depuis une dizaine d’années, quand j’avais participé au camp des Alouettes en 2006 et 2007, a-t-il souligné. On a par la suite passé deux ans ensemble à Ottawa. Nous sommes toujours demeurés en contact et nous sommes devenus des amis. Comme botteur, tu n’as pas grand-chose à faire et tu peux regarder les autres joueurs à l’entraînement. Comme ancien joueur, on a un petit avantage et on connaît les besoins d’une équipe après avoir passé du temps dans un vestiaire. »

Encore capable

Libéré par le Rouge et Noir pendant la saison morte, l’ancien botteur du Rouge et Or de l’Université Laval qui portait la bague de la conquête de la Coupe Grey 2016 d’Ottawa aurait souhaité une autre chance.

« J’en aurais eu encore à donner, a-t-il indiqué, mais je comprends la situation. J’ai raté les quatre dernières parties l’an dernier en raison d’une blessure au dos et j’ai perdu mon poste. Après avoir été libéré par les Riders après deux parties en 2015, je suis chanceux d’avoir eu une belle opportunité avec Ottawa pendant deux ans. J’avais vécu la situation inverse à mes débuts pros en Saskatchewan. »,