/sports/football/rougeetor
Navigation

«Je vis très bien avec mes propos»

Le coordonnateur défensif du Rouge et Or, Marc Fortier, a tourné la page sur la fin du match de samedi

DM RO vs VO-01
Photo Daniel Mallard Tomy Duperron (8) a connu un fort match pour le Vert & Or avec huit réceptions pour 89 verges. Il capte une passe devant Gabriel Ouellet (36), qui s’est lui aussi mis en évidence avec une interception et trois plaqués.

Coup d'oeil sur cet article

Marc Fortier assure qu’il n’y avait rien de personnel dans ses propos à l’endroit de Mathieu Lecompte lors de la traditionnelle poignée de main, samedi, après le match entre le Rouge et Or de l’Université Laval et le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke.

« Je vis très bien avec mes propos, a raconté le coordonnateur défensif du Rouge et Or. Ce n’était pas une histoire personnelle entre coachs. Il a mal pris mes propos et cela a malheureusement dégénéré. Ce n’est pas comme ça qu’on va vendre notre sport, mais j’ai tourné la page et je suis rendu à l’étape suivante. C’est du passé pour moi cette histoire qui est déjà allée trop loin. »

« Je n’ai jamais manqué de respect envers le travail de ces gars-là, de poursuivre Fortier. Tout le monde travaille fort pour augmenter la qualité de notre produit. Il y a toutefois une façon de le faire. Ça peut-être dangereux d’allumer des feux. »

Déclarations incendiaires

Dans la semaine précédant le match, l’entraîneur-chef du Vert & Or avait déclaré que son unité défensive comptait parmi les meilleures au pays sinon la meilleure. Après le match, Fortier a indiqué à Lecompte que c’était sa première leçon, propos que le pilote des Renards n’a pas appréciés.

« La meilleure défensive est celle qui accorde le moins de points lors du dernier match de l’année, a résumé Fortier. Je n’ai pas grand-chose à cirer des statistiques et ce n’était pas un concours de qui allait être la meilleure défensive. L’important est de gagner et de progresser. Nous sommes des gens fiers à Laval et on prend une fierté à bien faire les choses. C’est évident qu’on se compare. »

Au-delà de la guerre des mots, Fortier a apprécié l’effort de ses ouailles, qui n’ont cédé que 12 premiers essais aux visiteurs.

« Ce ne fut pas parfait, mais nous avons fait un bon travail dans l’ensemble, a-t-il résumé. L’effort était au rendez-vous. C’est encourageant pour la suite des choses. Nous avons accordé peu de premiers essais, mais nous avons cédé quelques gros jeux. Gabriel Polan est un solide porteur qui sera un des bons dans le circuit. Sherbrooke mise aussi sur une bonne ligne offensive et Tomy Duperron a de la vitesse. C’est normal qu’ils fassent des jeux. »

Travail à faire

Les plaqués sont un aspect que Fortier souhaite améliorer.

« Le camp a été plus court et nous avons eu peu de temps pour enseigner, a souligné Fortier. Le camp plus court se fait au détriment des athlètes. Je comprends les contraintes du calendrier, mais c’est dangereux. On recherche également des couvertures plus serrées. »