/sports/opinion/columnists
Navigation

La fin de l’âge d’or de la boxe?

Coup d'oeil sur cet article

La situation exceptionnelle de la boxe au Québec a attiré l’attention sur ce qui s’y passait. Les champions du monde se sont succédé à un rythme d’enfer depuis quinze ans. Matthew Hilton, son frère Dave, Éric Lucas, Joachim Alcine, Leonard Dorin, Arturo Gatti, Lucian Bute, Jean Pascal, Adrian Dicaconu et David Lemieux ont détenu des titres mondiaux. Mais celui qui aura été le champion le plus connu depuis Lucian Bute sur la scène internationale demeure Adonis Stevenson.

Il fait partie pourtant du problème. Stevenson ne vend pas de tickets. De plus, lui ou Al Haymon ont refusé de s’engager dans des combats que les gens voulaient. Qu’on pense seulement à Jean Pascal ou Sergey Kovalev.

Le règne de Stevenson a entraîné une grande vulnérabilité du petit empire québécois de la boxe. Et à Las Vegas, pas besoin de jaser longtemps avec les gens du milieu pour réaliser que la mainmise d’Al Haymon sur les boxeurs d’Yvon Michel tourne à la catastrophe. Michel est un promoteur imaginatif, mais il est coincé par son entente avec Haymon. Quand on apprend que Badou Jack et Floyd Mayweather ont demandé un combat contre Stevenson et que la demande ne s’est même pas rendue à Yvon Michel, on comprend que si Michel ne se sort pas de ce bourbier, ses problèmes vont encore empirer.

RESTE DAVID LEMIEUX

En fait, à part un combat entre Alvarez et Stevenson, il ne reste qu’un nom qui ait du panache au Québec : David Lemieux. Et peut-être Artur Beterbiev s’il peut régler ses problèmes juridiques et s’il demeure au Québec.

Le promoteur Camille Estephan travaille fort avec Steven Butler, Yves Ulysse et Simon Kean, mais ils n’ont certes pas encore atteint une stature internationale.

Heureusement, Estephan et Eyes of the Tiger savent où ils s’en vont. Ça ne veut pas dire qu’ils vont atteindre tous leurs objectifs, mais au moins, on sent une cohésion dans la direction des affaires.

Malheureusement, si Eleider Alvarez ou David Lemieux ne deviennent pas champions du monde dans les deux prochaines années, il se peut qu’on revienne aux années Régis Lévesque avec de la bonne boxe locale. Remarquez que les amateurs avaient quand même beaucoup de plaisir.