/news/politics
Navigation

450 millions $ «maximum» pour le mégachantier d’élargissement d’Henri-IV

450 millions $ «maximum» pour le mégachantier d’élargissement d’Henri-IV
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Québec et Ottawa ont confirmé, lundi matin, un investissement de 450 millions $ «maximum» pour l'élargissement de l'autoroute Henri-IV entre Charest et Chauveau. Le mégachantier, qui s’échelonnera sur cinq ans, débutera en 2018.

Le projet, annoncé une première fois en 2014, prévoit l’ajout d’une troisième voie sur une distance de deux kilomètres entre les autoroutes Charest et Félix-Leclerc afin «d’améliorer la fluidité et la sécurité», a-t-on insisté lors du point de presse.

450 millions $ «maximum» pour le mégachantier d’élargissement d’Henri-IV
Photo Simon Clark

Une troisième voie sera également aménagée entre Félix-Leclerc et l’avenue Chauveau sur une distance d’un kilomètre. La chaussée de tout le secteur sera reconstruite en béton, un matériau dont la durée de vie est évaluée à trente ans. Le projet implique aussi de reconfigurer plusieurs bretelles et de construire – ou reconstruire – une dizaine de structures.

450 millions $ «maximum» pour le mégachantier d’élargissement d’Henri-IV
Courtoisie MTQ

«L’élargissement de cette artère, où circulent quotidiennement 100 000 véhicules, était devenu incontournable», a déclaré le ministre responsable de la Capitale-Nationale, François Blais.

Régis Labeaume a salué l’investissement du provincial – qui financera la majeure partie du projet – et d’Ottawa, qui contribuera «jusqu’à 173,6 millions $» à même le nouveau Fonds Chantiers Canada. La reconfiguration du secteur permettra, selon lui, de s’attaquer efficacement au «goulot d’étranglement» qui amplifie la congestion routière aux heures de pointe.

«On comprend que le directeur de la Santé publique dise qu’il faut, à un moment donné, cesser les élargissements d’autoroutes; il a raison. Ceci dit, Henri-IV date de 50 ans et est devenu complètement inadéquate par rapport à ce qu’est devenue la Ville de Québec, (dont la population) a peut-être augmenté de 50 à 60 % depuis 1968. On travaille depuis longtemps sur ce dossier-là. C’est l’aboutissement d’une longue bataille», s’est réjoui le maire de Québec.

450 millions $ «maximum» pour le mégachantier d’élargissement d’Henri-IV
Photo Simon Clark

Deux voies accessibles en tout temps

Le maire Labeaume a également tenté de se faire rassurant sur la nature des entraves durant le chantier.

«Que les gens ne s’inquiètent pas (...) Il y aura toujours deux voies de circulation partout. Peut-être que ça va être rétréci un peu mais ça sera toujours disponible. C’est un projet qui fait, je pense, l’unanimité à Québec, à part quelques-uns. Faire des changements après cinquante ans, je pense que ce n’est pas exagéré», a-t-il fait valoir lors d’un point de presse aux abords de l’autoroute.

Blais revoit la facture à la baisse

En avril dernier, le ministre des Transports Laurent Lessard avait évoqué un investissement de 500 M$.

Les équipes du MTQ ont revu légèrement à la baisse l’évaluation du budget nécessaire qui devrait atteindre «un maximum de 450 millions $», a indiqué le ministre François Blais. «Les travaux d’évaluation avancent bien et ça pourrait être en-deçà de ça.»

Le ministre François Blais
Photo Simon Clark
Le ministre François Blais

Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos s’est quant à lui réjoui de la future augmentation du «confort et de la fluidité des déplacements» des travailleurs et des familles dans la région grâce à cette annonce. «Ce lien autoroutier est primordial pour notre région et par conséquent, il est important d’investir comme nous le faisons pour la remise aux normes de cette autoroute, la réduction des coûts d’entretien et pour une augmentation de la sécurité de l’infrastructure», a-t-il déclaré.

«Los Angelisation» de Québec: Labeaume répond à l’ancien dg de la Ville

Régis Labeaume a défendu avec vigueur la pertinence de l’élargissement de l’autoroute Henri-IV, lundi, et a balayé du revers de la main les critiques de l’ancien dg de la Ville, Serge Viau, sur la «Los Angelisation» de Québec.

Architecte et urbaniste retraité, M. Viau a travaillé durant 28 ans à la Ville de Québec. Il a notamment occupé les fonctions de directeur général et de directeur adjoint au développement durable. Le week-end dernier, lors des consultations sur la mobilité, il a lancé un cri du cœur en faveur du tramway et a déploré l’élargissement de Henri-IV.

«Cinq cent millions pour élargir une portion de Henri-IV, je trouve ça épouvantable (...) Je suis estomaqué de voir qu’on trouve toujours les moyens d’élargir des autoroutes. Il faut stopper la "Los Angelisation" de Québec pour se donner un système de transport en commun performant», avait-il plaidé.

Le maire de Québec ne s’est pas fait prier pour lui donner la réplique, lundi matin, en plein point de presse officialisant le mégachantier sur Henri-IV.

«Je ne sais pas c’est quand qu’il est allé à Los Angeles la dernière fois mais je pense qu’il y a un bout où il y a seize voies d’un côté... Je pense que c’est un petit peu exagéré (comme comparaison). Ici, il y a en deux qui sont là depuis cinquante ans et on en ajoute une de chaque côté. Vraiment ? Comparer ça à Los Angeles, ça ne marche pas», a-t-il rétorqué.