/finance/business
Navigation

Des chauffeurs mieux payés que des avocats

Indeed publie un palmarès des 10 métiers les plus payants sans diplôme universitaire

camion-remorque
Photo d'archives Récemment, Yan Humlebe, le président de la plus vieille agence de placement de transport routier au Québec, Placement Routier Express, disait au Journal qu’il « manquait 52 000 chauffeurs de camion en ce moment au Québec ».

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre d’années passées sur les bancs d’école n’est pas automatiquement synonyme de gros salaire. Un camionneur-propriétaire gagne en moyenne le double d’un avocat, d’après Indeed Canada.

Selon le palmarès dévoilé par le site de recherche d’emplois, les camionneurs-propriétaires arrivent en première position des emplois les plus payants ne nécessitant pas de diplôme universitaire, avec un salaire annuel moyen de 144 969 $.

À titre de comparaison, un avocat junior gagne 78 682 $, d’après l’enquête sur les salaires menée en 2016 par l’Institut de la statistique du Québec.

« On assiste à une explosion de la demande pour les métiers manuels et techniques. Les employeurs s’arrachent littéralement la main-d’œuvre qualifiée », a commenté Jodi Kasten, directrice générale d’Indeed.

Un courtier immobilier gagne en moyenne 107 843 $ annuellement en comparaison à un ingénieur (niveau 1) dont le revenu s’élève à 58 545 $. Autre comparaison, le salaire moyen d’un électricien se situe à 62 339 $, alors qu’un comptable agréé gagne 50 790 $, au premier échelon.

Le directeur du Centre de formation professionnelle en transport de Charlesbourg, qui accueille près de 1100 étudiants par année, Eddy Vallières, est perplexe par rapport à ces résultats.

« Je n’en connais pas beaucoup qui gagnent ce salaire-là. Cela me surprend un peu. Si c’était le cas, je pense qu’on n’aurait pas trop de misère à remplir les postes affichés », a-t-il dit.

Valoriser les métiers

Par contre, M. Vallières reconnaît qu’il y a lieu de valoriser davantage les métiers professionnels et techniques au Québec.

« Beaucoup de transporteurs nous disent qu’ils limitent leur croissance parce qu’ils ont de la misère à avoir du personnel qualifié », ajoute-t-il.

« On a tendance comme parent à vouloir diriger les jeunes vers le plus haut niveau d’enseignement, mais cela ne s’adresse pas à tout le monde. Je vois beaucoup de gens qui nous reviennent. »

Pour Martine Hébert, vice-présidente principale de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), ces données corroborent ce que l’organisme observe chez les PME.

La FCEI soutient que le gouvernement du Québec aurait intérêt à revoir ses politiques d’immigration, notamment en ce qui concerne les critères liés à la langue.

« Une personne possédant un baccalauréat en sociologie d’une université étrangère et qui parle français va passer avant une personne qui a une formation technique, mais qui ne parle pas français, même si elle pouvait se trouver un poste demain matin. Cela fait plusieurs années qu’on demande que les politiques d’immigration accordent moins de pointage à la langue », conclut-elle.