/news/provincial
Navigation

La Ville de Québec achète l’îlot Charlevoix pour 1 million$

Des commerces et des logements y seraient implantés

La Ville de Québec vient de se porter acquéreur des terrains de l’îlot Charlevoix, dans le Vieux-Québec, pour 1 million$. Des commerces de proximité et une quarantaine de logements devraient y voir le jour «en vue de redynamiser ce secteur urbain central».
Photo Twitter Danny Côté La Ville de Québec vient de se porter acquéreur des terrains de l’îlot Charlevoix, dans le Vieux-Québec, pour 1 million$. Des commerces de proximité et une quarantaine de logements devraient y voir le jour «en vue de redynamiser ce secteur urbain central».

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec vient de se porter acquéreur du terrain de l’îlot Charlevoix, dans le Vieux-Québec, pour 1 million $. Des commerces de proximité et une quarantaine de logements devraient y voir le jour « en vue de redynamiser ce secteur urbain central ».

L’annonce a été faite, mercredi matin, à l’hôtel de ville de Québec en présence du maire Labeaume et des ministres François Blais et Gaétan Barrette. Le terrain de 1100 mètres carrés est actuellement détenu par le Centre hospitalier universitaire de Québec–Université Laval (CHU) et est situé à l’intersection de la rue Charlevoix et de la côte du Palais.

Il s’agit d’ailleurs d’un des rares terrains encore disponibles dans le Vieux-Québec. Il est devenu excédentaire pour le CHU de Québec à la suite de la relocalisation du futur mégahôpital sur le site de l’hôpital de l’Enfant-Jésus, dans le secteur de Limoilou.

« Un signal important »

« C’est un signal important. Notre objectif est toujours d’emmener dans le Vieux-Québec 500 habitants de plus qui vivent là en permanence, a soutenu le maire de Québec. Une fois que les gens sont partis, c’est compliqué de les ramener. »

De son côté, le ministre Barrette a soutenu que « les gains financiers réalisés par cette transaction seront réinvestis dans l’amélioration de l’offre de service de l’établissement [le CHU] ».

Appel de propositions

Un appel de propositions sera lancé par la municipalité dans les prochains mois en vue d’un début de construction en 2018. Le maire voit le projet se réaliser dans un horizon de quatre ans. « Dans quatre ans, il y a bien des choses qui auront changé dans le Vieux-Québec », a-t-il assuré.

Selon la conseillère Julie Lemieux, « la Ville va pouvoir contrôler le développement dans le secteur. C’est un signal extraordinaire qu’on envoie à tout le monde ». Une quarantaine de logements devraient y voir le jour. Le zonage actuel permet une hauteur de six étages (17 mètres) et il ne devrait normalement pas être changé, a-t-elle ajouté.

Favorable au principe de la création de logements et de commerces de proximité dans le Vieux-Québec, la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, s’est néanmoins interrogée sur le moment de l’annonce.

« Le Vieux-Québec, on est en train de l’échapper. Comment ça se fait que c’est là, à quelques semaines du lancement de la campagne électorale, qu’on essaye de faire croire au monde qu’on va s’occuper du Vieux-Québec ? » s’est-elle demandé.